Paris 2024 : quand le 50ᵉ anniversaire de l’appel du 18 juin donnait lieu à une parade nautique sur la Seine

0 Shares
0
0
0

N’en déplaise à Gérald Darmanin, la dernière fois qu’il y a eu un défilé sur la Seine ne remonte pas au règne de Louis XV. Le ministère de l’intérieur a fait référence au monarque dit « le Bien-aîmé » en présentant, mardi 5 mars devant les sénateurs, le dispositif sécuritaire exceptionnel de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques (JO). « Depuis Louis XV, il n’y a pas eu de parade nautique sur la Seine dans le même sens », a relevé M. Darmanin pour rappeler le caractère historique du défilé fluvial pour les JO, le 26 juillet.

Les archives du Monde ne remontent évidemment pas au XVIIIe siècle mais un article daté du 20 juin 1990 montre qu’il y a déjà eu, dans un passé pas si lointain, donc, une procession sur le fleuve parisien. C’était à l’occasion des célébrations, le 18 juin, du 50e anniversaire de l’appel à la résistance du général de Gaulle, qui ont culminé en fin de soirée sur la Seine près du Louvre. « Pour la première fois, sur le fleuve et sur ses rives, s’est déroulé un magnifique spectacle sons et lumières clôturé par (…) le plus grand feu d’artifice jamais tiré dans la capitale », écrivaient les auteurs de l’article.

Pendant une heure, différents tableaux artistiques – « une reconstitution grandiose » – avaient flatté le rôle de De Gaulle et de la France libre dans la libération du pays, devant « une foule immense de Parisiens, au moins cent mille », soulignaient les journalistes du Monde. L’Agence France-Presse avait fait également état, dans une dépêche, de 3 000 figurants et 200 bateaux pour un coût évalué à 32 millions de francs (environ l’équivalent de 8,5 millions d’euros).

L’événement n’était pas tout à fait passé inaperçu, il avait même fait la « une » de Paris Match du 28 juin et les titres des journaux télévisés (le 19/20 de France 3, à partir de la 8e minute), qui parlaient d’une barge de plus de 100 mètres en guise de scène historique géante.

La « une » de « Paris Match » daté du 28 juin 1990.

Un exercice périlleux

Certes, ces 200 bateaux ne devaient pas aller « dans le même sens », comme l’avance l’hôte de Beauvau pour la comparaison avec la parade ayant eu lieu sous Louis XV.

Mais coordonner, au milieu de 3 000 figurants, un ballet nautique de 200 esquifs cabotant dans tous les sens entre les 700 mètres qui séparent le Pont-Neuf du pont du Carrousel – le périmètre du spectacle du 18 juin 1990 – avait dû être un exercice aussi périlleux que celui de chorégraphier le défilé des 180 bateaux qui transporteront le 26 juillet sur 6 kilomètres, entre les ponts d’Austerlitz et d’Iéna, les athlètes de plus de 200 délégations olympiques et leur caravane suiveuse (équipes de télévision, services de sécurité, secours, officiels, médias, partenaires…).

La cérémonie d’ouverture olympique n’en demeure pas moins un défi logistique et surtout sécuritaire. La menace terroriste, notamment au moyen de drones, est évidemment plus présente aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a trente-quatre ans, en raison d’un contexte international particulièrement inflammable.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Le risque terroriste demeure la menace principale des Jeux olympiques

Gérald Darmanin a donc déçu les organisateurs en rabaissant mardi la jauge à un peu plus de 320 000 spectateurs – payants ou sur invitation –, quand, il y a quelques mois encore, il était question d’en autoriser le double. Pour une cérémonie où l’on peine encore à deviner « l’émotion » et la fête populaire que décrivent les journalistes du Monde ce 18 juin 1990.

Notre sélection d’articles sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024

Retrouvez tous nos contenus sur les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 :

Le risque terroriste demeure la menace principale des Jeux olympiques

Pour la cérémonie d’ouverture des JO de Paris 2024, 326 000 spectateurs prévus, dont 222 000 billets gratuits

Emmanuel Macron tranche en faveur des bouquinistes parisiens après des mois de polémiques

Les entreprises d’Ile-de-France s’organisent en vue des Jeux olympiques et paralympiques

Faut-il craindre le pire dans les transports en Ile-de-France ?

Les transports pendant les JO 2024 à Paris : de l’euphorie des promesses au choc de la réalité

Suspense pour savoir si la ligne 14, « la ligne de vie des Jeux », sera pleinement opérationnelle

Le village olympique de Paris 2024 prend ses quartiers en Seine-Saint-Denis

Un contre-la-montre logistique au village olympique pour le Comité d’organisation

Le village olympique construit en Seine-Saint-Denis, un laboratoire XXL de la construction bas carbone

Bernard Thibault : « Pour les Jeux 2024, notre objectif est de démontrer que les grands événements ne sont pas incompatibles avec des droits sociaux élevés 

  • La préparation des athlètes

Christo et Toma Junior Popov, deux frères talentueux en concurrence pour représenter la France en badminton

Dorian Coninx, champion du monde de triathlon, avale les kilomètres pour ne pas rester à quai

Hugues Fabrice Zango, le thésard qui veut offrir au Burkina Faso sa première médaille d’or olympique

L’ultime défi de la sprinteuse Nantenin Keïta, en quête d’un dernier podium paralympique

Cyrille Chahboune, ancien commando amputé des deux jambes, s’est reconstruit par le sport

Simone Biles en route vers Paris 2024 : « Je me fais vieille et j’ai plus à perdre »

Marc-Antoine Olivier, le nageur en eau libre qui fait des vagues

  • La question de la présence des athlètes russes et biélorusses

Ces lutteurs russes dont la neutralité est contestée

Le football et les Jeux paralympiques, deux défis en matière de billetterie

Le Comité d’organisation pioche dans sa réserve pour maintenir le budget des Jeux à l’équilibre

Les enquêtes judiciaires en cours

Tony Estanguet, le patron des Jeux, à son tour dans le viseur de la justice

Les « quatre mousquetaires » du comité d’organisation ciblés par le PNF

  • Le relais de la flamme olympique

Certaines communes s’irritent des exigences et des coûts liés à l’accueil du relais de la flamme

Le gouvernement appuie sur l’accélérateur pour combler les retards d’accessibilité

  • La Seine-Saint-Denis et les Jeux

Le Red Star Rugby de Saint-Ouen privé de stade à cause des Jeux

Une île, un maire écolo et « la chance » de bénéficier des Jeux

A La Courneuve, on « aimerait voir arriver les Jeux avec des yeux d’enfant »

  • Paris à l’heure des Jeux

Inauguration enthousiaste pour l’Adidas Arena, la nouvelle salle de la porte de la Chapelle

Des lieux culturels inquiets et en mal d’informations à sept mois des Jeux olympiques

Les tournages de films seront interdits dans la capitale pour la première fois pendant trois mois

  • Les Jeux, ce n’est pas seulement Paris et la Seine-Saint-Denis

En Polynésie, Teahupoo se réjouit d’accueillir les Jeux olympiques 2024 mais redoute le surtourisme

Les sportifs américains les plus susceptibles d’être médaillés se prépareront à Eaubonne, dans le Val-d’Oise

Dans le Calvados, l’espoir d’un « coup d’accélérateur » pour l’attractivité avec l’accueil de délégations sportives étrangères

La ville de Miramas se met à l’heure du Kenya

197 projets de fan-zones Club 2024, mais l’initiative est boudée par quelques grandes villes

  • Les enjeux environnementaux

Diviser par deux l’empreinte carbone des repas servis aux Jeux : l’autre défi de Paris 2024

Comment les organisateurs des JO comptent faire face à une canicule cet été

Coca-Cola, sponsor des JO de Paris 2024 et toujours « champion du monde » de la pollution plastique

Le difficile pari de JO « écolos »

  • Les enjeux sociétaux que les Jeux mettent en exergue

Loin du faste des JO, la réalité des cours d’EPS dans un collège de Montreuil

A l’heure du sport grande cause nationale, la situation préoccupante des piscines en France

Le sport à l’école cherche encore la bonne formule

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer

Réutiliser ce contenu

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like