NBA : Wembanyama remporte son duel contre Gobert lors de la victoire de San Antonio sur Minnesota

0 Shares
0
0
0
Victor Wembanyama (maillot noir, numéro 1) effectue un « dunk » sous les yeux de Rudy Gobert (maillot blanc, numéro 27), à San Antonio (Texas), le 27 janvier 2024.

Ils culminent à 4,40 mètres à eux deux. La bataille en haute altitude a bien eu lieu, samedi 27 janvier, entre les Français Victor Wembanyama (2,24 mètres) et Rudy Gobert (2,16 mètres) lors de la rencontre NBA entre San Antonio et Minnesota. Et c’est « Wemby », le rookie des Spurs, qui l’a emporté à domicile face à « Gobzilla », le vétéran des Timberwolves, à l’issue d’un match passionnant (113-112).

L’affiche, disputée dans une ambiance folle, a offert quelques beaux duels entre les deux pivots, notamment dans un premier quart-temps musclé où les deux amis ne se sont pas épargnés sous les paniers.

Plus rapide en début de partie, Wembanyama a feinté Karl-Anthony Towns, autre « big man » des Wolves, puis réussi un « eurostep » (changement de direction sur un pas) devant Gobert pour un panier acrobatique, avant de perdre le pivot des Wolves sur un « crossover » (changement de direction sur un dribble), normalement réservé aux plus petits gabarits. Gobert a répondu avec un habile flotteur dans le deuxième quart-temps et plusieurs paniers opportunistes, lui qui est plus souvent concentré sur les tâches défensives.

Les deux Français n’ont été interrompus que par l’arrivée d’une chauve-souris, finalement capturée par la mascotte des Spurs, un coyote déguisé en Batman. La mascotte texane avait déjà capturé, par le passé, deux chauves-souris, et le joueur argentin Manu Ginobili, coéquipier du Français Tony Parker à l’époque, en avait envoyé une au tapis à main nue en novembre 2009.

La mascotte des Spurs de San Antonio capture une chauve-souris à l’aide d’un filet lors du match face aux Timberwolves du Minnesota, le 27 janvier 2024.

L’écart est monté à 15 points en faveur de Minnesota, deuxième à l’Ouest et équipe expérimentée prétendante au titre NBA, mais San Antonio, dernier de la même Conférence, n’a jamais lâché, déployant une énergie de tous les instants.

Victor est « de plus en plus à l’aise, à tous les niveaux »

Le public, habitué à des bouillies de basket depuis plusieurs mois, s’est régalé de cette énergie désordonnée et a poussé pour le retour des siens dans le dernier quart-temps, rugissant à chaque action de Wembanyama, numéro un de la dernière draft, qui doit aider à terme les Spurs à retrouver les sommets.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Draft NBA : Victor Wembanyama sous toutes les coutures

Karl-Anthony Towns a raté le tir de la victoire au buzzer après une défense acharnée des Spurs, pour leur dixième succès de la saison seulement (36 défaites). Finalement, Victor Wembanyama a signé 23 points, 10 rebonds et 6 passes, pendant que Rudy Gobert s’offrait 19 points et 7 rebonds.

Le Français âgé de 20 ans, auteur de quelques tirs à trois points, a pourtant flanché en manquant deux lancers francs à 49 secondes de la sirène, permettant une égalisation des Wolves par le bondissant Anthony Edwards (32 points), avant de se rattraper avec une passe décisive pour l’ultime panier du match de Devin Vassell (25 points).

« C’est peut-être notre meilleur match, en tout cas un très bon match. Ce soir on peut être fiers de nous, il faut s’y habituer pour répéter ces performances », a apprécié Victor Wembanyama. « C’est toujours fun de jouer contre Victor (…) il est de plus en plus à l’aise, à tous les niveaux, le jeu ralentit un peu pour lui. Il fait moins d’erreurs aussi », a estimé Rudy Gobert à propos de son coéquipier en équipe de France, qu’il devrait retrouver aux Jeux olympiques de Paris cet été. « On en est conscients tous les deux, de l’impact de cette compétition, on a hâte de pouvoir partager le terrain même si on reste concentrés sur notre saison », a complété Gobert.

Les Spurs de Wembanyama accueillent Washington, lundi, et peuvent espérer une troisième victoire d’affilée pour la première fois de la saison, face à un autre mal classé.

Le Monde avec AP et AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like