Tour de France 2023 : le Danois Kasper Asgreen piège le peloton et s’impose à Bourg-en-Bresse

0 Shares
0
0
0
Kasper Asgreen (Soudal Quick-Step) devance Pascal Eenkhoorn (Lotto-Dstny) sur la ligne d’arrivée à Bourg-en-Bresse, lors de la 18e étape du Tour de France, le 20 juillet 2023.

Personne n’aurait misé sur cette issue. En tout cas, certainement pas Tom Steels, le directeur sportif de la Soudal Quick-Step, qui estimait sa probabilité à « 1,5 % ». Pourtant, l’échappée a résisté au retour du peloton, lors la 18e étape du Tour de France, à Bourg-en-Bresse, jeudi 20 juillet. Parmi les fuyards, c’est Kasper Asgreen qui a été le plus rapide. Le Danois a réglé sur la ligne le Néerlandais Pascal Eenkhoorn (Lotto-Dstny) et le Norvégien Jonas Abrahamsen (Uno-X). Il s’offre le premier succès de sa carrière sur l’épreuve. C’est aussi la première victoire de son équipe dans cette 110e édition, jusqu’alors bien compliquée pour cette formation au sein de laquelle figure Julian Alaphilippe.

Après huit jours difficiles, entre tracés accidentés et montagneux, les 152 coureurs encore engagés au départ de l’épreuve avaient oublié ce qu’était un parcours presque entièrement plat. L’occasion pour Jasper Philipsen et sa formation Alpecin-Deceuninck de se rappeler aux bons souvenirs du peloton, après les succès compilés à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), Nogaro (Gers), Bordeaux et Moulins, pensait-on.

Ironie de l’histoire : c’est bien une équipe de sprinteur qui s’est imposée, mais dont le finisseur, Fabio Jakobsen, avait abandonné avant la 12e étape, victime d’une chute. « J’avais coché la journée d’aujourd’hui et celle de demain. J’étais très motivé pour rendre quelque chose à toute l’équipe, [à] mes équipiers, [à] toutes les personnes qui nous aident. Je voulais aller chercher la victoire d’étape, explique Asgreen. Evidemment, la situation n’était pas idéale. J’aurais voulu partir avec plus de coureurs, mais c’est la dernière semaine du Tour, ce n’est pas la première fois qu’un petit groupe arrive à battre les équipes de sprinteurs. J’y ai cru ! »

Lire aussi sur le Tour de France 2023 : Article réservé à nos abonnés Le sprint, chasse gardée de Jasper Philipsen

Le vainqueur du Tour des Flandres 2021 s’est fait la malle en début de journée, en compagnie du Norvégien Jonas Abrahamsen (Uno-X) et du Belge Victor Campenaerts (Lotto-Dstny). Le trio n’a jamais possédé plus de 1 minute et 20 secondes d’avance sur le reste des coureurs, mais a pu compter sur l’apport précieux d’un quatrième homme, Pascal Eenkhoorn. Chahuté par Jasper Philipsen en personne, bien décidé à l’empêcher de s’extirper du groupe, le Néerlandais a permis à la Lotto-Dstny d’être en supériorité numérique dans l’échappée et a vu Campenaerts se sacrifier dans le final, au grand dam du peloton.

« Un peu de soutien aurait été le bienvenu »

Si leur escapade a pu rallier l’arrivée en tête, c’est aussi grâce aux équipiers du Danois, Julian Alaphilippe et Tim Declercq, qui ont tout fait pour désorganiser la poursuite du peloton en s’intercalant sans cesse au milieu des formations de sprinteurs qui tentaient de s’organiser pour reprendre les quatre fuyards. Mais après les abandons successifs de Mark Cavendish (Astana-Qazaqstan), Caleb Ewan (Lotto-Dstny), Phil Bauhaus (Bahrain-Victorious) et Wout van Aert (Jumbo-Visma), les prétendants à la victoire d’étape sont moins nombreux que lors des deux premières semaines du Tour. Conséquence : peu de formations avaient intérêt à rouler pour reprendre l’échappée, ce qui aurait de toute façon profité à Jasper Philipsen, finalement au pied du podium.

Il vous reste 25.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like