Tour de France 2023 : Michal Kwiatkowski triomphe au Grand Colombier, Tadej Pogacar se rapproche seconde par seconde de Jonas Vingegaard

0 Shares
0
0
0
Michal Kwiatkowski dans l’ascension du Grand Colombier, dans l’Ain, lors de la treizième étape du Tour de France, le 14 juillet 2023.

Tadej Pogacar se souvient très bien du Tour de France 2020 et de l’arrivée de la 15e étape en haut du Grand Colombier (Ain). Le Slovène avait devancé, sur la ligne, son compatriote Primoz Roglic, remportant son deuxième succès de cette édition, qui le verra triompher pour la première fois, quelques jours plus tard, au classement général. « J’espère que ça sera le même scénario cette fois-ci », glissait le leader de la formation UAE Emirates, à Châtillon-sur-Chalaronne, avant le départ de la 13e étape du cru 2023.

Vendredi 14 juillet, il s’est bien rapproché de son rival au général, le maillot jaune Jonas Vingegaard, mais c’est Michal Kwiatkowski qui s’est imposé, en solitaire, au sommet du col jurassien. Et le Tour 2020 s’est aussi rappelé aux bons souvenirs du Polonais : cette année-là, il avait connu l’unique succès de sa carrière sur l’épreuve, à La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie). Le lieutenant de luxe de la formation Ineos-Grenadiers a lâché les derniers rescapés de l’échappée du jour, à 11,5 km de l’arrivée.

Kwiatkowski et la vingtaine d’autres fuyards comptaient près de quatre minutes d’avance au pied du Grand Colombier, l’une des montées les plus difficiles de France (17,4 km à 7,1 % de pente moyenne, classé hors catégorie). Dans une chaleur étouffante, avec des températures dépassant les 30 °C à l’ombre, le coureur de 33 ans a réussi à tenir, devançant finalement le Belge Maxim Van Gils (Lotto-Dstny) de 47 secondes et Tadej Pogacar de 50. « C’était une expérience complètement folle. Sans le public, je ne l’aurais pas emporté. Il m’a poussé jusqu’au sommet. »

Si Tadej Pogacar doit donc se contenter de la troisième place du jour, il peut tout de même avoir le sourire : au moment de regagner le car de son équipe, il ne pointe plus qu’à neuf secondes du maillot jaune. « C’est une bonne journée pour nous. C’est même une petite victoire d’avoir récupéré quelques secondes sur Vingegaard. L’échappée a roulé très vite dès le début. Nous n’avons pas voulu prendre de risques. Nous avons préféré garder des forces avant la dernière ascension : bien nous protéger du vent, bien boire… Et dans le Grand Colombier, nous avons tout donné », a-t-il expliqué sur France Télévisions.

Pour Gaudu, « devant, ça monte deux crans au-dessus »

Resté bien au chaud dans le peloton, le Slovène a laissé ses coéquipiers donner le tempo une bonne partie du tracé… Puis à trois kilomètres de l’arrivée, la machine UAE s’est vraiment mise en marche pour tenter d’aller chercher la victoire d’étape, mais surtout décrocher Vingegaard et son sherpa, l’Américain Sepp Kuss. Rafal Majka a alors placé une première accélération. Puis, c’est au tour d’Adam Yates de se lancer. Mais les deux hommes de la Jumbo-Visma ont résisté, restant dans la roue de Pogacar.

Il vous reste 42.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like