Guerre Israël-Hamas : après des propos polémiques de Meyer Habib, trente-neuf députés demandent la levée de son immunité parlementaire

0 Shares
0
0
0

Des propos qui ne passent pas. Trente-neuf députés de gauche, issus des groupes écologiste, socialiste et « insoumis », demandent, dans un courrier adressé jeudi 21 décembre à la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, la levée de l’immunité parlementaire de leur collègue Meyer Habib, qui siège au sein du groupe Les Républicains, pour des propos qu’il a tenus dans l’Hémicycle concernant la situation à Gaza.

En cause, une phrase prononcée par le député de la 8circonscription des Français établis hors de France (qui regroupe plusieurs pays du pourtour méditerranéen, dont Israël et les territoires palestiniens) lors de la séance des questions au gouvernement, mardi.

« Alors que la ministre [des affaires étrangères, Catherine Colonna,] était invitée à réagir à la mort d’un agent du Quai d’Orsay [à la] suite (…) des bombardements israéliens sur un bâtiment d’habitation abritant des civils, le député Meyer Habib a prononcé distinctement, et par deux fois, les mots : “Et ce n’est pas fini !” », font valoir les auteurs du courrier, qui estiment que ces propos peuvent « s’apparenter à l’apologie de crimes de guerre ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Meyer Habib, le député qui en faisait trop

Les élus de la coalition de la Nupes demandent ainsi « une peine disciplinaire lourde » à l’encontre de M. Habib, ainsi que la réunion de la commission chargée de l’article 26 de l’application de la Constitution « afin qu’elle examine la levée de l’immunité parlementaire de M. Meyer Habib ».

« Et ce n’est pas fini ! », a lancé le député à deux reprises

Selon le compte rendu de la séance, M. Habib a lancé « Et ce n’est pas fini ! », en réponse à une question du député La France insoumise Eric Coquerel. « Qui peut douter maintenant des véritables objectifs de guerre du gouvernement Netanyahou qui, après le nord, bombarde le sud de la bande de Gaza, là où il avait précisément demandé aux Palestiniens de se réfugier ? », avait demandé le député « insoumis » à la ministre.

Selon le compte rendu, M. Habib a prononcé de nouveau les propos lorsque M. Coquerel a demandé : « Qui peut douter maintenant qu’il s’agit moins d’éradiquer le Hamas que d’en finir avec la bande de Gaza et la Cisjordanie en tant que territoires palestiniens ? »

Habitué des phrases polémiques et invectives, Meyer Habib a réagi en dénonçant pour sa part une « manipulation grossière » des députés de gauche. « Leur pétard mouillé n’est qu’un contre-feu grossier pour tenter de faire oublier l’apologie du terrorisme répétée, le négationnisme et l’antisémitisme à l’œuvre dans leurs rangs depuis le 7 octobre, mais aussi leur silence face aux pogroms, [aux] viols, [aux] massacres de bébés, [de] vieillards et [de] rescapés de la Shoah », a-t-il encore affirmé.

Depuis l’attaque meurtrière du 7 octobre menée par le Hamas contre Israël, le député français a multiplié les prises de parole pour défendre Israël. Fervent soutien du gouvernement de Benyamin Nétanyahou, il n’hésite pas à nier l’existence d’une colonisation israélienne.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like