La Grèce confrontée à la plus longue et la plus intense canicule de son histoire

0 Shares
0
0
0
A Athènes, les températures dépassent les 40 °C depuis plusieurs jours et le week-end du 22 et 23 juillet 2023 s’annonce comme l’un des pires des cinquante dernières années.

Au petit matin, vendredi 21 juillet, le mercure indique déjà 30 °C et Anna promène son chien dans le jardin japonais du quartier athénien de Pangrati. « Il traîne la patte, il est épuisé. Et moi aussi ! Je ne dors pas bien, la climatisation me donne mal à la gorge, et la journée, si je marche quelques minutes au soleil, j’ai la tête qui tourne… », soupire la fonctionnaire. Aujourd’hui, exceptionnellement, Anna travaillera de chez elle. « Notre quotidien est bouleversé depuis quelques années avec le réchauffement climatique. L’été devient de plus en plus difficile à vivre à Athènes », avoue la trentenaire.

Ces derniers jours, le principal syndicat du privé (GSEE) a reçu jusqu’à cent plaintes de salariés obligés de travailler en extérieur entre midi et 17 heures, des horaires pourtant interdits par les autorités, du fait des fortes chaleurs. Le ministère du travail a donc de nouveau appelé vendredi toutes les entreprises et administrations à privilégier le télétravail en raison des températures élevées qui ont atteint, vendredi, jusqu’à 41 °C en Attique, la région d’Athènes. Le ministère a aussi demandé aux inspecteurs du travail de vérifier qu’aucun ouvrier ne travaillait sur des chantiers dangereux en plein soleil les prochains jours.

Car le pire reste à venir, ce week-end. Dimanche, le mercure frôlera 44 °C dans la capitale grecque et même 45 °C en Thessalie, dans le centre du pays. « Ce week-end risque d’être le plus chaud enregistré en juillet lors des cinquante dernières années », a prévenu, sur la chaîne de télévision publique ERT, le météorologue Panagiotis Giannopoulos.

Tous les sites archéologiques du pays, dont l’Acropole d’Athènes, sont de nouveau fermés aux heures les plus chaudes de la journée jusqu’à dimanche. A la mairie de la capitale grecque, un plan d’action a également été mis en place. Des bouteilles d’eau sont distribuées près de la place centrale, Syntagma ; plusieurs salles climatisées sont ouvertes, notamment pour les sans-abri ; des agents sillonnent les rues pour venir en aide aux plus démunis ; cent cinquante points d’eau à travers la ville ont été disposés pour les animaux errants ; un numéro spécial a été mis en place, et même des drones survolent les collines pour surveiller tout départ de feu involontaire.

Baisse sensible des précipitations

En 2007, Athènes avait déjà vu rouge avec une température de 44,8 °C, selon l’Observatoire national d’Athènes. « Mais ce qui est très particulier cette année, c’est la longueur de ces vagues de chaleur », assure le directeur des recherches de l’Observatoire national d’Athènes, Kostas Lagouvardos. « Depuis le 12 juillet, nous faisons face à des températures très élevées, frôlant les 40 °C, et une nouvelle vague de chaleur est attendue à partir de mercredi, après un répit de seulement deux jours », poursuit-il.

Il vous reste 50.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like