« Les arbitrages sur le “pacte en faveur de la haie” devront montrer la détermination de l’Etat à traiter ce sujet à hauteur des enjeux »

0 Shares
0
0
0

Le devenir de l’arbre dans les paysages de nos campagnes va se jouer dans quelques jours avec la remise des conclusions de la concertation, lancée par le ministère de l’agriculture et le secrétariat d’Etat à l’écologie, sur le « pacte en faveur de la haie », après la publication en avril d’un rapport alarmant du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER).

Car sans les haies, il sera impossible de remédier à la dégradation des écosystèmes et d’atténuer les effets du changement climatique : ce pacte doit être un des emblèmes de la planification écologique. Permettra-t-il de juguler la disparition des haies et d’amorcer une trajectoire de reconquête adéquate pour tenir nos engagements climat et biodiversité d’ici à 2030 et jusqu’en 2050 ?

Réunis autour de la table, les ministères, les organisations agricoles et les structures qui œuvrent pour l’arbre et la haie ont une occasion historique d’agir ensemble. La France pourrait ainsi avoir une longueur d’avance pour la mise en œuvre de la loi sur la restauration de la nature, adoptée au Parlement européen le 12 juillet. Ce geste politique fort répond au constat du CGAAER : la disparition des haies a doublé en passant de 11 500 kilomètres par an entre 2010 et 2014 à 23 500 kilomètres par an entre 2017 et 2021.

Faire des haies une grande cause nationale

La tendance est donc contraire à ce qu’elle devrait être pour adapter notre agriculture et nos territoires au changement climatique et à l’effondrement de la biodiversité. La concertation a montré qu’il fallait articuler trois leviers – valorisation, protection, reconstitution – pour penser collectivement une politique efficace pour la haie, sans retomber dans un écueil : le seul soutien à la plantation ne suffit pas à endiguer l’érosion de haies.

La concertation a prouvé qu’il existe un consensus politique solide pour faire des haies une grande cause nationale et incarner aux yeux des Français la planification écologique, en lui donnant une traduction concrète et visible dans nos paysages quotidiens. Mais le consensus autour des haies doit se traduire par des engagements forts.

Les arbitrages qui vont être rendus dans quelques jours devront ne laisser aucun doute sur la détermination de l’Etat à traiter ce sujet dès aujourd’hui, à hauteur des enjeux climat et biodiversité, dans une vision de long terme qui passera nécessairement par une trajectoire chiffrée, des moyens financiers et un outil de pilotage et d’évaluation de cette politique. Faute de quoi les conséquences seront irréversibles, car, face aux évolutions rapides, nous n’avons plus le temps de remettre les choses à demain.

Il vous reste 54.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like