L’armée américaine dit avoir détruit un missile houthiste qui ciblait un de ses destroyers en mer Rouge

0 Shares
0
0
0
Cette photo de l’US Navy prise le 29 avril 2015 montre l’« USS Laboon » naviguant dans la baie de Souda, en Grèce.

Les rebelles houthistes du Yémen ne donnent pas l’impression de vouloir lâcher du lest en mer Rouge. Dimanche 14 janvier, vers 16 h 45 locales (14 h 45, heure de Paris), « un missile de croisière antinavire [a été] tiré des zones [contrôlées par les] militants houthistes soutenus par l’Iran en direction du “USS Laboon” », un destroyer américain opérant dans le sud de la mer Rouge, a communiqué le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (CentCom). « Le missile a été abattu dans les environs de la côte d’Hodeïda [dans l’ouest du Yémen] par un avion de chasse américain », a ajouté le CentCom, précisant qu’il n’y a eu ni blessé ni dégât.

L’attaque semble être la première à avoir ciblé un destroyer américain, dans un contexte d’attaques perpétrées par les rebelles yéménites contre des navires en mer Rouge qu’ils estiment liés à Israël. Des attaques conduites en « solidarité » avec les Palestiniens de Gaza, où Israël et le Hamas sont en guerre depuis l’attaque meurtrière du mouvement palestinien sur le sol israélien, le 7 octobre.

Washington a démenti des informations de médias houthistes faisant état de nouvelles « frappes américano-britanniques » menées dimanche contre la cité portuaire de Hodeïda. « Aucune frappe américaine ou de la coalition n’a eu lieu aujourd’hui », dimanche, a dit un responsable américain sous couvert d’anonymat.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés L’armée américaine au défi de la multiplication des guerres

Crainte de propagation du conflit

Les forces américaines et britanniques ont frappé vendredi des cibles houthistes à travers le Yémen, renforçant les craintes de propagation régionale de la guerre entre Israël et le Hamas. Les rebelles ont tiré ensuite « au moins un missile » qui n’a cependant touché aucun navire, a dit l’armée américaine. Puis, samedi matin, une nouvelle frappe américaine a été effectuée contre un site radar au Yémen, a rapporté la même source.

Environ 12 % du commerce mondial transite par la mer Rouge, mais depuis la mi-novembre, les attaques houthistes ont contraint de nombreuses compagnies maritimes à éviter la zone, et emprunter la route la plus longue autour de la pointe de l’Afrique, au prix d’un surcoût du transport et de délais plus longs d’acheminement.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés La mer Rouge sous le feu des houthistes, en cartes

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like