Etats-Unis : deux secouristes reconnus coupables de la mort d’un homme noir

0 Shares
0
0
0
Rassemblement en hommage à Elijah McClain à West Hollywood, en Californie, le 24 août 2020.

Deux secouristes ont été reconnus coupables d’homicide involontaire, vendredi 22 décembre, par un tribunal du Colorado dans l’affaire de la mort d’Elijah McClain, un jeune homme noir mort peu après son interpellation par la police en 2019.

En août 2019, Elijah McClain, âgé de 23 ans, avait subi une clé au cou puis s’était vu injecter de force un puissant calmant, de la kétamine, lors d’une interpellation à Aurora, ville de cet Etat de l’ouest des Etats-Unis. Il était mort trois jours plus tard d’une crise cardiaque.

Sa mort n’avait attiré l’attention des médias qu’après que celle de George Floyd, un autre Noir américain tué lors d’une intervention policière, en mai 2020, ne remette son affaire, et d’autres, sous la lumière des projecteurs.

Les deux secouristes poursuivis, Jeremy Cooper, 49 ans, et Peter Cichuniec, 51 ans, ont été reconnus coupables par le jury d’homicide involontaire par négligence, selon le Washington Post.

Administration illicite de kétamine

M. Cichuniec a également été reconnu coupable d’agression au second degré pour administration illicite de médicament, et a été immédiatement placé en détention, selon CNN.

Leurs avocats soutenaient qu’ils n’avaient fait que suivre le protocole en administrant de la kétamine comme calmant. Une défense balayée par les procureurs, qui leur ont reproché notamment de ne pas avoir parlé à la victime, ni d’avoir vérifié ses constantes vitales avant d’administrer le produit.

L’utilisation de ce puissant calmant par les secouristes pour tranquilliser des personnes contre leur gré suscite la controverse aux Etats-Unis et a conduit à l’ouverture d’enquêtes dans plusieurs Etats américains.

« Rien n’indiquait qu’Elijah avait besoin de kétamine, et vous avez entendu de nombreux experts dire que l’administration de cette substance n’avait aucune finalité médicale », a ainsi déclaré la procureure Shannon Stevenson, selon les médias américains. « Les accusés n’ont jamais fait quoi que ce soit pour obtenir le consentement d’Elijah McClain à un quelconque traitement, et aucune personne raisonnable ne consentirait à une surdose d’un médicament dont elle n’a pas besoin », a-t-elle poursuivi.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

En octobre, dans cette même affaire, la justice du Colorado a reconnu l’un des policiers blancs américains poursuivis coupable d’homicide involontaire. Deux autres policiers ont, eux, été acquittés. La police avait été appelée par une personne mentionnant un « homme noir suspect » portant un masque de ski et « se comportant étrangement » dans une rue d’Aurora. Un policier avait affirmé qu’Elijah McClain, qui ne portait aucune arme, avait tenté de saisir son revolver lors de l’intervention. Selon la famille de la victime, il était simplement sorti acheter une boisson et portait souvent ce masque de ski pour éviter de prendre froid.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like