En Inde, la Cour suprême valide le retrait de l’autonomie du Cachemire

0 Shares
0
0
0

La Cour suprême de l’Inde a avalisé, lundi 11 décembre, la décision du gouvernement de mettre fin au statut semi-autonome du Cachemire, foyer d’une insurrection de longue date.

La décision de 2019, qui permettait à New Delhi d’administrer directement la région Jammu-et-Cachemire, à majorité musulmane, a représenté « un aboutissement du processus d’intégration et, en tant que tel, un exercice valide du pouvoir », a déclaré la plus haute juridiction du pays. Il s’agit d’un « verdict historique », d’« une lueur d’espoir, la promesse d’un avenir meilleur et un témoignage de notre détermination collective à construire une Inde plus forte et plus unie », a salué le premier ministre, Narendra Modi, sur X.

La Cour suprême de l’Inde a aussi ordonné la tenue d’élections dans le Jammu-et-Cachemire le 30 septembre 2024, souhaitant que l’Etat indien soit mis sur un pied d’égalité avec les autres « au plus tôt et dès que possible ».

La révocation de l’autonomie limitée du Cachemire s’est accompagnée de l’imposition d’un pouvoir direct de New Delhi, d’arrestations massives, d’un bouclage total de cet Etat et d’une coupure des communications qui ont duré des mois, l’Inde ayant renforcé ses forces armées dans la région pour contenir les manifestations.

Cette décision a été contestée par les partis politiques du Cachemire favorables à l’Inde, par l’ordre des avocats local et par des particuliers, ce qui a abouti au verdict de lundi. La politique autoritaire de M. Modi a été très controversée au Cachemire, mais elle a été largement célébrée dans toute l’Inde, l’insurrection qui a fait des dizaines de milliers de morts pendant des décennies s’étant en grande partie calmée.

Le Monde avec AFP


source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like