« The Crown », une ultime saison qui signe ses adieux à la reine et à la princesse

0 Shares
0
0
0
Dodi Al-Fayed (Khalid Abdalla) et Diana (Elizabeth Debicki) dans la série « The Crown », créée par Peter Morgan.

Mise en ligne quelques semaines après la mort d’Elizabeth II, à l’automne 2022, la cinquième saison de The Crown aurait dû être la dernière de la série créée par le dramaturge britannique Peter Morgan. Convaincu par la densité du matériau disponible, le showrunneur en a finalement décidé autrement et a rempilé pour une ultime saison, avec l’aval de Netflix (dont la série est l’une des plus regardées) et la promesse que les derniers épisodes ne cavaleraient pas après le temps présent.

Jusqu’à maintenant, la série avait fait preuve d’une certaine habileté dans son maniement de la réalité et de la fiction. Depuis la saison 5, un carton libérateur rappelle aux abonnés que The Crown est une fiction, mais ça n’en rend pas le travail de ses scénaristes plus facile, et l’on sentait déjà, dans la saison précédente, une forme de fébrilité, sans doute liée à la façon dont la série se rapproche de nous et entre progressivement en concurrence avec la mémoire collective.

Si l’on en croit la presse britannique, The Crown s’arrêtera définitivement en 2005, année du mariage de celui qui n’est encore que le prince Charles avec son amour de jeunesse, Camilla Parker-Bowles, et celle de la rencontre du prince William avec Kate Middleton. Dérogeant à son rythme habituel, cette sixième saison est mise en ligne en deux temps. Les quatre premiers épisodes sont disponibles depuis le 16 novembre sur la plate-forme, mais les abonnés devront attendre le 14 décembre pour voir les six épisodes conclusifs et faire leurs adieux à la reine.

L’accident du pont de l’Alma

Avant, il faudra dire adieu à la princesse. C’est tout l’objet de cette première partie, entièrement consacrée à l’accident qui, le 31 août 1997, coûta la vie à Diana Spencer et à son compagnon Dodi Al-Fayed. La scène, filmée à travers les yeux d’un Parisien qui promène son chien près du pont de l’Alma, sert de prélude à la saison, qui rembobine ensuite pour raconter le dernier été de Diana. Est-ce le dialogue en français, le bruit des pneus sur le bitume, le flou de la caméra ? La scène est ratée et laisse entrevoir le manque d’imagination, à la fois scénaristique et formelle, de cette première partie en forme de long téléfilm.

C’est sans doute injuste pour les auteurs de la série, mais le récit des dernières semaines de Lady Di semble inspiré par les magazines people de l’époque. La princesse en maillot de bain sur le pont d’un yacht, la princesse pourchassée par des fans, la princesse sur tous les fronts de l’humanitaire, la princesse qui aimerait bien qu’on lui parle d’autre chose que de son ex-mari et de son nouvel amant… Seules les scènes avec ses enfants, William et Harry, nous parlent d’intimité, d’amour et d’énergie vitale.

Il vous reste 50% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like