Sommet de l’APEC : Joe Biden et Xi Jinping vont se rencontrer aux Etats-Unis

0 Shares
0
0
0
La secrétaire au Trésor américain, Janet Yellen, serre la main du vice-premier ministre chinois, He Lifeng, lors d’une réunion bilatérale avant le sommet de l’APEC organisé par les Etats-Unis à San Francisco (Californie), le 9 novembre 2023.

Les présidents américain, Joe Biden, et chinois, Xi Jinping, se rencontrent mercredi 15 novembre, près de San Francisco (Californie), pour un sommet très attendu, dans un contexte international sous haute tension. L’entretien doit se dérouler dans un domaine historique privé de Woodside, au bord de la Silicon Valley, en marge de la réunion annuelle des pays du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) qui se tient jusqu’au 17 novembre dans la capitale de la Californie du Nord.

Il s’agit de la première rencontre des deux dirigeants depuis leur entrevue du 14 novembre 2022, en marge du G20, à Bali (Indonésie). Leur seconde seulement comme présidents. Mais les deux hommes « se connaissent très bien et depuis longtemps, a souligné mardi l’un des porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby. Ils peuvent être francs et directs l’un avec l’autre ». L’entrevue, entre vergers et jardins du Filoli Estate, à 40 km au sud de San Francisco, doit commencer à 10 h 45 (19 h 45 à Paris). Elle est prévue pour une durée de quatre heures.

A Bali, le maître mot était « stabilité ». Il s’agissait de mettre fin à la dégradation des relations et d’améliorer la communication entre Pékin et Washington. Depuis, les Etats-Unis ont dénoncé l’intrusion d’un ballon espion chinois au-dessus de leur territoire, adopté une politique d’exportations de matériel électronique encore plus restrictive et réaffirmé leur soutien à Taïwan. De son côté, la Chine a renforcé le contrôle des investissements étrangers au nom de la « sécurité nationale », limité les exportations de terres rares et multiplié les manœuvres militaires autour de Taïwan ainsi que les interceptions d’avions américains dans le détroit.

A la suite de la visite de la présidente du Congrès, Nancy Pelosi, à Taïwan, en août 2022, la Chine a coupé le système de communication avec l’armée américaine et ne l’a pas rétabli. Elle ne cesse par ailleurs de renforcer ses liens avec la Russie de Vladimir Poutine – le principal militaire chinois, le général Zhang Youxia, était à Moscou, le 8 novembre, où il a assuré le président russe de « l’admiration » de Pékin à son égard. Quant au Proche-Orient, la Chine, qui n’a jamais critiqué le Hamas, fait peser tous les torts sur Israël. Plus globalement, elle ne cesse de se présenter en chef de file d’un « Sud global » désireux de mettre fin à l’« hégémonisme américain ».

Attentes limitées

Contrairement aux promesses faites à Bali, la situation a continué de se dégrader entre les deux capitales et nul ne prévoit véritablement d’amélioration en 2024, année électorale tant à Taïwan (en janvier) qu’aux Etats-Unis (en novembre). Dans ce contexte, des deux côtés du Pacifique, les attentes de la rencontre Biden-Xi sont limitées. Le maître mot est à nouveau « stabilité ».

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like