Etats-Unis : la menace d’un shutdown recule après un vote du Congrès

0 Shares
0
0
0
Mike Johnson, le président de la Chambre des représentants, le 14 novembre 2023, à Washington.

La Chambre des représentants a approuvé, mardi 14 novembre, une rallonge du budget de l’Etat fédéral américain, espérant ainsi empêcher le fameux shutdown, qui entraîne la paralysie de l’administration du pays.

Ce texte, soutenu par des élus démocrates et républicains, doit être adopté au Sénat d’ici à minuit dans la nuit de vendredi à samedi, afin d’écarter cette menace. Si rien n’est fait pour prolonger le budget d’ici à cette date, le pays ralentira alors subitement : 1,5 million de fonctionnaires seront privés de salaire, le trafic aérien sera perturbé, tandis que les visiteurs des parcs nationaux trouveront porte close.

La plupart des élus des deux camps ne veulent pas de cette situation extrêmement impopulaire, surtout à l’approche des fêtes de Thanksgiving. Mais deux mois après avoir évité, de peu, de mettre une partie du pays à l’arrêt, la première puissance économique mondiale se retrouve une nouvelle fois proche du précipice.

De fortes dissensions

Les dissensions au Congrès – entre républicains majoritaires à la Chambre et démocrates à la manœuvre au Sénat – sont telles que les élus sont actuellement incapables de voter des budgets d’un an, contrairement à ce que font la plupart des économies du monde. A la place, les Etats-Unis doivent se contenter d’une série de mini-budgets d’un ou deux mois.

A chaque fois que l’un de ces budgets expire, tout est à refaire : des tractations acrimonieuses, commentées abondamment sur les réseaux sociaux, des menaces, puis une série de votes, à la Chambre, au Sénat…

Il est très courant que des accords de dernière minute soient trouvés sur ces lois de finances. Mais les dernières négociations autour du budget fédéral américain, fin septembre, avaient plongé le Congrès dans le chaos. Des élus trumpistes, furieux que le président républicain de la Chambre d’alors, Kevin McCarthy, ait conclu un accord de dernière minute avec le camp démocrate, l’avaient destitué, une situation absolument inédite.

Deux échéances différentes

Cette fois, l’accord mis sur la table propose de prolonger le budget à deux échéances différentes : une partie jusqu’à mi-janvier, l’autre jusqu’à début février. Il a été présenté par le nouveau président de la Chambre, Mike Johnson, inconnu du grand public et doté d’une expérience très limitée au sein de l’état-major républicain.

L’élu de Louisiane, de son propre aveu, cherche encore à prendre ses marques. « Cela ne fait que trois semaines que je fais ce boulot », a-t-il déclaré mardi lors d’une conférence de presse.

Il est de toute façon contraint de composer, comme son prédécesseur, avec une poignée de trumpistes, partisans d’une orthodoxie budgétaire très stricte, et les démocrates, qui refusent de se voir dicter la politique économique du pays par des lieutenants de l’ancien président.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Ce sont ces mêmes élus conservateurs qui avaient poussé les Etats-Unis au bord du gouffre il y a quatre mois. La première puissance mondiale avait alors évité in extremis un défaut de paiement à la suite de longues négociations entre l’administration Biden et les conservateurs.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like