« En Israël, nous comprenons maintenant l’ampleur des atrocités qui guettent à notre porte, et nous ne pouvons pas détourner les yeux »

0 Shares
0
0
0

Le 7 octobre, nos vies personnelles et scientifiques ont été plongées dans le chaos. En tant qu’universitaires, nous sommes généralement concentrés sur nos recherches, avec le privilège d’observer la réalité et la politique depuis les coulisses. Il est vrai que les universitaires ont souvent été en première ligne pour défendre la liberté et les droits de l’homme, mais il est rare que la vie soit interrompue de manière aussi brutale, bouleversée à la fois physiquement et émotionnellement par les troubles géopolitiques.

Ce jour-là, des milliers de terroristes du Hamas ont envahi le sud d’Israël, tuant en chemin des civils innocents. L’attaque visait les participants d’un festival de musique pour la paix et a dévasté des villages entiers, progressant méthodiquement de maison en maison, tuant, violant, mutilant et brûlant vifs des civils innocents, y compris des bébés, des enfants et des femmes enceintes, lors d’une attaque barbare soigneusement planifiée. Ces actes monstrueux ont entraîné au moins 1 200 morts et des milliers de blessés. Les terroristes ont aussi kidnappé et amené dans la bande de Gaza plus de 240 civils, allant de nourrissons à des femmes âgées de plus de 80 ans.

Israël a été pris au dépourvu. Cela s’est produit à un moment où le pays était particulièrement vulnérable, après près d’un an de manifestations massives, avec pour objectif principal la lutte pour la démocratie et le libéralisme. Des centaines de milliers d’Israéliens ont ainsi manifesté régulièrement contre le gouvernement nouvellement élu et son projet de réforme judiciaire. Nous étions en première ligne de ces efforts, aux côtés de nombreux autres universitaires.

Nous sommes contraints de nous défendre

Revenons au présent. Quelle que soit notre vision politique du conflit israélo-palestinien, ces événements ont servi de réveil, y compris pour les manifestants contre le gouvernement que nous sommes, porteurs de valeurs libérales de gauche et soutenant la reconnaissance des Palestiniens. Nous comprenons maintenant l’ampleur des atrocités qui guettent à notre porte, et nous ne pouvons pas détourner les yeux. Dans une société moderne pour laquelle la vie est essentielle, cette menace imminente pour nos familles et nos communautés ne peut être acceptée. Nous sommes contraints de nous défendre.

Nous sommes des professeurs d’université en Israël. Un géologue, un biologiste, un ingénieur électricien et un physicien atmosphérique qui se sont retrouvés, du jour au lendemain, dans une réalité complètement différente. Nous sommes passés de nuits consacrées aux téléconférences avec l’Agence spatiale européenne et la NASA pour étudier l’atmosphère de Jupiter à des nuits sur le terrain avec un [fusil d’assaut] M16 ; du travail théorique sur la compression de données à la préparation de provisions alimentaires pour le front ; de l’étude de la génétique chez le poisson-zèbre à de longues heures passées sur des cartes et la planification tactique ; et de l’étude de la géochimie des sédiments vieux de millions d’années à des opérations de combat en temps réel.

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like