Naufrage dans la Manche en 2021 : les conditions étaient « difficiles » côté britannique, conclut un rapport du bureau d’accidents maritimes

0 Shares
0
0
0

Les nombreux appels de détresse et l’absence de surveillance aérienne de la Manche ont rendu les opérations des gardes-côtes britanniques « extrêmement difficiles » la nuit du 24 novembre 2021, durant laquelle vingt-sept migrants sont morts dans un naufrage dont la France et le Royaume-Uni se sont renvoyé la responsabilité, selon un rapport publié jeudi 9 novembre.

La Marine Accident Investigation Branch (MAIB), organisme chargé d’enquêter sur les accidents en mer au Royaume-Uni, conclut par ailleurs que le canot pneumatique à bord duquel se trouvaient principalement des Kurdes irakiens était « totalement inadapté et mal équipé ».

Le ministère des transports britannique a annoncé après la publication du rapport qu’une « enquête approfondie et indépendante » serait menée à la lumière de ces nouveaux éléments.

La nuit du 24 novembre 2021 a été « complexe, avec de multiples bateaux pneumatiques » tentant de traverser la Manche en même temps au départ de la France, a estimé Andrew Moll, inspecteur en chef des accidents maritimes, cité dans le rapport.

« Visibilité réduite »

Selon le gouvernement britannique, 1 227 passagers ont tenté d’atteindre les côtes du Royaume-Uni dans des embarcations de fortune, cette nuit-là. Nombre d’entre eux ont lancé des appels de détresse avec leur téléphone portable, « ce qui a rendu la localisation et l’identification des bateaux extrêmement difficiles pour les gardes-côtes », poursuit le MAIB dans son rapport.

Par ailleurs, une « visibilité réduite » et l’absence d’avion spécialisé dans la surveillance de la zone ont compliqué la tâche des services de recherche et de sauvetage britanniques. Lorsque ces avions ne sont pas disponibles, les gardes-côtes et les douaniers britanniques devraient s’accorder sur d’autres procédures pour assurer une « surveillance efficace » de la Manche, recommande l’organisme.

Parmi les vingt-sept personnes mortes dans ce naufrage figuraient une femme enceinte et trois enfants. Quatre personnes sont toujours portées disparues. Onze passeurs présumés, majoritairement afghans, ont été inculpés en France, ainsi que sept militaires pour non-assistance à personne en danger.

Le premier ministre britannique, Rishi Sunak, a promis d’empêcher les bateaux de demandeurs d’asile d’arriver au Royaume-Uni, mais, depuis le début de l’année, 26 699 personnes ont gagné les côtes britanniques, selon les derniers chiffres du gouvernement.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like