Au Royaume-Uni, premier discours pour Charles III, dernier programme législatif pour Rishi Sunak

0 Shares
0
0
0
Le premier ministre britannique, Rishi Sunak (à gauche), et le chef du Labour, Keir Starmer, pour le « discours du roi » au Parlement, le 7 novembre 2023, à Londres.

Mardi 7 novembre, Charles III a prononcé son premier « discours du roi » depuis son accession au trône en septembre 2022. Cette cérémonie pleine de pompe, d’or et de robes d’hermine constitue le moment le plus fort de la vie parlementaire britannique. Dans un discours à la Chambre des lords, le roi inaugure une nouvelle saison à Westminster, en présentant le nouveau programme législatif du gouvernement, dont il n’a pas écrit une ligne mais qu’il est censé assumer en tant que chef de l’Etat.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Au Royaume-Uni, la bataille décisive de Rishi Sunak

Pour le premier ministre, Rishi Sunak, ce « discours du roi » était le dernier jalon politique avant les élections générales de 2024. Il veut « prendre des décisions de long terme pour les générations futures », espérant réduire l’écart de 15 à 20 points dans les sondages qui sépare toujours son parti tory du Labour. Avec des projets de loi très réactionnaires, en contradiction avec les recommandations des instances internationales en matière climatique ou mettant l’accent sur « la loi et l’ordre », M. Sunak a voulu flatter la base électorale traditionnelle des conservateurs.

La lecture a dû en coûter à Charles III, même si ce souverain de 74 ans, écologiste convaincu, n’en a rien laissé paraître, neutralité royale oblige. Au premier rang des 21 projets de loi énumérés dans le discours figurait celui systématisant l’attribution aux entreprises privées de droits d’exploitation du gaz et du pétrole en mer du Nord, au nom de la « sécurité énergétique » des Britanniques. Ces attributions étaient jusqu’alors accordées tous les deux ou trois ans, elles devraient l’être tous les ans. Décriées par les militants pour le climat, elles paraissent difficilement compatibles avec l’engagement du pays à atteindre la neutralité carbone en 2050 et contredisent l’Agence internationale de l’énergie qui recommande, depuis 2021, d’en finir avec toute nouvelle exploitation de champs pétrolifères et gaziers.

Charles III lors du « discours du roi » à la Chambre des lords, aux côtés de la reine Camilla, à Londres, le 7 novembre 2023.

Manque d’ambition

Le monarque, apprécié pour ses œuvres de charité, a, en revanche, échappé à un projet de Suella Braverman n’ayant finalement pas trouvé sa place dans le discours. La très radicale ministre de l’intérieur insistait pour interdire l’usage des tentes par les sans-logis et pour sanctionner les associations qui les leur distribuaient. Son projet, éventé par le Financial Times et confirmé par Mme Braverman elle-même, qui a qualifié ces derniers jours l’usage des tentes par les sans-logis de « choix de vie » sur X (anciennement Twitter), a outré jusque dans son camp conservateur. Beaucoup soupçonnent la ministre de se positionner pour briguer la place de Rishi Sunak s’il perd les élections en 2024. « Elle multiplie les provocations, espérant être virée du gouvernement pour lancer sa propre campagne », a jugé sur la BBC Colin Bloom, ancien conseiller au gouvernement chargé des cultes.

Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like