Sujet aux séismes, le Népal subit un nouveau tremblement de terre

0 Shares
0
0
0

Il s’agit du tremblement de terre le plus meurtrier au Népal en près de dix ans. A 23 h 47, heure locale, vendredi 3 novembre, un séisme de magnitude 5,6 selon l’Institut américain d’études géologiques, a frappé l’extrême ouest du pays, une région particulièrement reculée.

Ce tremblement de terre dont l’épicentre a été localisé non loin de la frontière avec le Tibet, a fait au moins 157 morts, dont 105 dans le district de Jajarkot et 52 dans celui de Rukum West, selon le dernier bilan des autorités népalaises, communiqué samedi. Près de 200 personnes ont également été blessées.

La violence des secousses fut telle qu’elles ont été ressenties jusque dans la capitale indienne, New Delhi, située à plus de 500 kilomètres de l’épicentre. Le Centre national de surveillance et de recherche sismique du Népal, qui a pour sa part évalué la magnitude à 6,4, estime que plus de 150 répliques ont ensuite frappé les régions affectées dans la journée de samedi.

Après le tremblement de terre du 3 novembre, dans le district de Jajarkot (Népal), le 4 novembre 2023.

Lorsque la terre s’est mise à trembler peu avant minuit, la plupart des habitants dormaient dans leurs maisons, dont beaucoup sont de mauvaise qualité, faites de pierres et de rondins de bois ou encore de terre. Les images du sinistre montrent des bâtisses effondrées comme des châteaux de cartes, sous lesquelles ont été ensevelies des familles entières. Des milliers de constructions auraient été détruites et la plupart des victimes ont vraisemblablement succombé sous les décombres. Dans les deux districts les plus touchés, la majeure partie des dégâts s’est produite dans les zones où les habitations avaient été construites sur des terrains en pente.

Difficile accès aux zones sinistrées

« La plupart des maisons détruites se trouvent à Jajarkot et à Rukum, l’éloignement géographique des deux districts et le manque de communication rendent difficile les efforts de secours », a indiqué le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies samedi 4 novembre. Dans cette région montagneuse, de nombreux villages ne peuvent être atteints qu’à pied et l’accès à certaines zones sinistrées, comme Jajarkot, aurait été « entravé par des glissements de terrains déclenchés par le tremblement de terre », ont ajouté les Nations unies.

Les autorités népalaises ont mis fin dimanche aux opérations de recherche des survivants et continuent de venir en aide à ceux qui ont déjà pu être extraits des décombres. Nombre d’entre eux ont passé la nuit de samedi à dimanche dans le froid.

Une femme devant une maison endommagée par le tremblement de terre dans le district de Jajarkot, dans le nord-ouest du Népal, dimanche 5 novembre 2023.

Le premier ministre népalais, Pushpa Kamal Dahal, est arrivé samedi dans la zone touchée. « Le gouvernement est déterminé à venir en aide aux victimes et à soigner les blessés », a-t-il affirmé. Son homologue indien, Narendra Modi, s’est dit « profondément attristé » et a assuré que son pays était prêt « à apporter toute l’aide possible ».

Il vous reste 45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like