Guerre Israël-Hamas : plusieurs morts dans des frappes israéliennes contre un convoi d’ambulances à Gaza, selon le Croissant-Rouge palestinien

0 Shares
0
0
0
Après une frappe israélienne sur une ambulance, devant l’hôpital Al-Shifa, où des milliers de déplacés se sont réfugiés. A Gaza, le 3 novembre 2023.

Des bombardements contre un convoi d’ambulances ont fait quinze morts vendredi 3 novembre à Gaza, a déploré le Croissant-Rouge palestinien dans un communiqué, un bilan également donné par le Hamas. L’armée israélienne a confirmé une frappe, expliquant avoir visé « une cellule terroriste » du mouvement islamiste armé qui utilisait le véhicule, ce qu’a démenti le Hamas.

D’après le communiqué du Croissant-Rouge, « le convoi consistait en cinq ambulances », dont quatre du ministère de la santé de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, et une de l’organisation humanitaire palestinienne. Deux ambulances ont été visées par des frappes distinctes, selon le même communiqué.

« Je suis horrifié », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué, ajoutant : « Les images des corps éparpillés dans la rue devant l’hôpital sont déchirantes. » L’une des frappes est intervenue devant les portes de l’hôpital Al-Shifa, l’autre à un kilomètre de l’hôpital.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, le convoi avait été autorisé par le ministère de la santé du territoire à quitter l’hôpital Al-Shifa, dans la ville de Gaza, afin d’évacuer des blessés des bombardements vers l’Egypte. Mais après quatre kilomètres de route, le convoi s’est trouvé bloqué par des débris et des pierres causés par des bombardements. Il a donc fait demi-tour mais, « alors qu’il n’était plus qu’à un kilomètre de l’hôpital Al-Shifa, l’ambulance de tête a été prise pour cible par un missile (…), blessant les soignants comme les personnes blessées à l’intérieur de l’ambulance ».

« Une grave violation de la convention de Genève »

Après cette frappe, le reste du convoi a repris sa route jusqu’à l’hôpital Al-Shifa, mais tandis que l’ambulance du Croissant-Rouge y déposait un patient, elle a à son tour « été frappée par un missile tiré par les forces israéliennes alors qu’elle se trouvait à moins de deux mètres de la porte de l’hôpital ». Un correspondant de l’Agence France-Presse a vu plusieurs corps et des blessés à côté d’une ambulance endommagée.

Le Croissant-Rouge a condamné ces bombardements, rappelant que « le ciblage délibéré des équipes médicales constitue une grave violation de la convention de Genève ». Le patron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est, lui, dit « profondément choqué », déclarant sur X que « les patients, les soignants, les établissements et les ambulances doivent être protégés en tout temps. Toujours ».

L’aviation israélienne « a frappé une ambulance qui a été identifiée par les forces comme étant utilisée par une cellule terroriste du Hamas à proximité de leur position dans la zone de combat », a justifié l’armée israélienne dans un communiqué.

Lire aussi l’analyse : Article réservé à nos abonnés Israël et les illusions d’une solution militaire à Gaza

Les déclarations d’Israël « sur la présence de combattants à l’intérieur des ambulances ciblées sont fausses, et ce sont de nouveaux mensonges qui viennent s’ajouter aux mensonges constants (…) utilisés pour justifier ses crimes », a démenti le Hamas dans un communiqué publié sur Telegram. De son côté, le porte-parole du ministère de la santé de Gaza assure que l’ambulance faisait bien partie d’un convoi qui transportait « plusieurs blessés en route pour être hospitalisés en Egypte ».

Dix-sept blessés évacués vers l’Egypte vendredi

Depuis mercredi, des dizaines de blessés palestiniens ont été évacués de la bande de Gaza vers l’Egypte par Rafah. Vendredi, selon le ministère égyptien de la santé, « 17 blessés ont été évacués alors que vingt-huit devaient l’être, et cela en raison des événements », une référence aux frappes contre les ambulances. La veille, 60 Palestiniens blessés et quelque 400 étrangers avaient quitté Gaza via ce point de passage.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

Tôt samedi, le Hamas a par ailleurs affirmé que 20 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées dans une attaque « visant » une école transformée en camp de fortune pour les personnes déplacées dans la zone d’Al-Saftaoui, dans le nord de la bande de Gaza.

Les bombardements israéliens incessants ont fait plus de 9 200 morts, dont 3 826 enfants, à Gaza, selon le ministère de la santé du Hamas – un décompte qui n’a pu être vérifié de manière indépendante –, depuis l’attaque du mouvement islamiste armé contre Israël qui a fait plus de 1 400 morts.

Ajoutant aux inquiétudes sur le sort des civils, Israël a commencé vendredi à renvoyer dans la bande de Gaza, malgré les bombardements, des milliers de travailleurs palestiniens qui étaient bloqués sur son sol depuis près d’un mois.

Le Monde avec AFP


source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like