Serbie : le président dissout le Parlement et convoque des élections législatives anticipées

0 Shares
0
0
0
Aleksandar Vucic, le 1ᵉʳ novembre 2023, après la signature du décret visant à dissoudre le Parlement et à organiser des élections anticipées à Belgrade.

Moins de deux ans après le scrutin d’avril 2022, le président serbe, Aleksandar Vucic, a annoncé, mercredi 1er novembre, la dissolution du Parlement et convoqué des élections anticipées le 17 décembre. Ces élections coïncideront avec des élections municipales dans soixante-cinq villes, dont la capitale, Belgrade.

« Nous vivons une époque où il est nécessaire que nous soyons tous unis dans la lutte pour les intérêts vitaux de la Serbie, où nous serons soumis à de nombreuses pressions, à la fois à cause de notre position sur le Kosovo et à cause d’autres questions régionales et mondiales », a déclaré M. Vucic, lors d’une retransmission télévisée en direct.

Ancien ultranationaliste, Aleksandar Vucic s’est rapproché des Occidentaux tout en cherchant à préserver son amitié avec Moscou. Depuis qu’il est devenu premier ministre en 2014, M. Vucic s’est imposé comme l’homme fort de la Serbie. En 2017, il est devenu président de la République. Ses détracteurs mettent en cause sa gouvernance « autocratique » et sa mainmise sur des médias et des institutions publiques.

Lors des élections présidentielles, législatives et municipales d’avril 2022, sa formation politique, le Parti progressiste serbe (SNS), avait remporté, avec ses partenaires de coalition, 120 des 250 sièges du Parlement, et il avait été élu une seconde fois au poste de président du pays. Deux ans auparavant, en 2020, des élections législatives et municipales avaient été boycottées par la plupart des partis d’opposition.

Feuille de route de l’UE

Ces derniers réclamaient ces élections depuis les deux tueries qui ont eu lieu en mai, en moins de quarante-huit heures, dans une école à Belgrade et dans des villages près de la capitale serbe, et qui ont fait au total dix-huit morts.

Une partie de l’opposition rassemblant plusieurs formations pro-européennes se présentera unie à ce scrutin, avec le mot d’ordre celui des manifestations hebdomadaires organisées à Belgrade depuis les deux assauts armés : « La Serbie contre la violence ». Il s’agit de huit partis et mouvements d’orientations politiques différentes : gauche, Verts, conservateurs. Plusieurs partis de droite et d’extrême droite n’ont pas encore décidé s’ils allaient, eux aussi, former une coalition avant le scrutin.

Lire le décryptage : Article réservé à nos abonnés En Serbie, après les tueries, la colère de la population contre le président Vucic

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a déclaré lors d’une visite à Belgrade mardi que la Serbie et le Kosovo devaient redoubler d’efforts pour normaliser leurs relations après la dernière montée de violence, s’ils voulaient adhérer à l’Union européenne. La Serbie doit également adhérer aux sanctions occidentales contre la Russie prises après qu’elle a commencé à envahir l’Ukraine, éradiquer la corruption et le crime organisé, réformer l’économie, améliorer le système judiciaire, le climat des affaires et son bilan en matière de droits humains.

Le Monde avec AFP et Reuters

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like