Guerre Israël-Hamas : vingt-cinq jours sous les bombes pour la population de Gaza

0 Shares
0
0
0

A Gaza désormais, on ne prend la peine d’annoncer les morts que lorsqu’une famille entière a été tuée. Dans ce dense tissu urbain, les générations ont pour habitude de vivre dans le même immeuble, se partageant les paliers. Depuis le 7 octobre, les bombardements menés par l’armée israélienne sur l’enclave palestinienne, en représailles à l’attaque du Hamas en Israël qui a fait plus de 1 400 morts, ont pulvérisé des centaines d’immeubles, ensevelissant leurs habitants souvent sans avertissement. Des dizaines de familles ont été rayées de l’état civil. « Mon oncle est un martyr !, écrivait sur Facebook le 26 octobre Wissam Al Naouq, traducteur et écrivain gazaoui. Il devait probablement dormir. Il a été tué avec vingt et un de ses fils, filles et petits-enfants. ».

Après une frappe aérienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 octobre 2023.
Un Palestinien fouille les décombres d’une maison  après une frappe aérienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 octobre 2023.
Un homme porte le corps d’une jeune fille extraite d’un bâtiment effondré après un bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 30 octobre 2023.

Le ministère de la santé de l’enclave tenue par le Hamas annonce plus de 8 300 Palestiniens tués à Gaza, dont plus de 3 450 mineurs. En trois semaines de guerre, le bilan « a surpassé le nombre de mineurs tués chaque année dans toutes les zones de conflit du globe depuis 2019 », s’alarmait l’ONG Save the Children le 29 octobre.

A ces chiffres, s’ajoutent probablement plus d’un millier de corps ensevelis sous les décombres. Les équipes de secours, sans moyens, sont trop peu nombreuses ; bien souvent, les voisins, à mains nues, éclairés la nuit par des téléphones portables ou des lampes de poche, tentent de sauver ceux qui crient encore.

Après un bombardement à Rafah, dans la bande de Gaza, le 30 octobre 2023.
A Gaza, après des frappes israéliennes, le 28 octobre 2023.

Sous blocus depuis plus de seize ans, la bande de Gaza est maintenue sous siège par les Israéliens depuis le 9 octobre. Rien n’en sort, les habitants y sont pris au piège. Quasiment rien n’y entre, hormis quelques camions d’aide humanitaire qu’inspectent minutieusement les autorités israéliennes – trop peu pour assurer la survie des quelque 2,4 millions de Gazaouis.

Invisibles au reste du monde

Il n’y a plus de gaz, pas d’électricité, bientôt plus d’eau ni de carburant. Des habitants se lavent et font la vaisselle dans la mer. Acheter du pain, trouver une bouteille d’eau potable peut accaparer une journée entière. Les ordures ne sont plus ramassées.

Ajoutant au chaos, toutes les communications ont été coupées pendant trente-six heures les 28 et 29 octobre. Les Gazaouis sont devenus invisibles au reste du monde. Sans nouvelles de leurs proches, ils n’ont pu appeler les secours après les bombardements.

Distribution de provisions aux familles déplacées, au centre d’approvisionnement humanitaire géré par l’ONU, à Deir Al-Balah, dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023.
Au centre d’approvisionnement humanitaire de Deir Al-Balah, dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023.
Des Palestiniens attendent à un point de remplissage d’eau à Rafah, dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023.
Des femmes brûlent du papier pour chauffer l’eau du thé, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 octobre 2023.
Un chauffeur palestinien utilise de l’huile de cuisson comme carburant de remplacement à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 octobre 2023.

Aucun endroit n’est sûr dans l’enclave. Ces derniers jours, l’armée israélienne a menacé de bombarder le plus grand centre hospitalier de l’enclave, Al-Shifa, accusant le Hamas d’avoir établi sa principale base d’opérations sous l’établissement.

Il vous reste 30% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like