L’oligarque russe Alexeï Kouzmitchev placé en garde à vue par la justice française dans une affaire de blanchiment

0 Shares
0
0
0
Alexeï Kouzmitchev, lors d’une conférence de presse à Moscou (Russie), le 3 avril 2013.

C’est l’un des plus gros coups durs portés par la justice française à un oligarque russe depuis l’invasion de l’Ukraine. Selon les informations du Monde, Alexeï Kouzmitchev a été placé en garde à vue le matin du lundi 30 octobre. Le Parquet national financier (PNF) confirme l’information et précise que « différents lieux ont été perquisitionnés », dont « le domicile parisien » de l’oligarque, qui possède un hôtel particulier situé dans le 7e arrondissement de la capitale, entre l’Assemblée nationale et le musée d’Orsay. Selon nos informations, la villa de l’oligarque à Saint-Tropez (Var) a aussi été perquisitionnée dans la matinée.

M. Kouzmitchev, coactionnaire du consortium Alfa Group, qui détient Alfa Bank, est considéré par les autorités européennes comme « l’une des personnes les plus influentes de Russie », dont les « liens avec le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, sont bien établis ». Les sanctions européennes interdisent théoriquement la présence des individus sur le sol européen, mais une source proche de l’oligarque indique au Monde que M. Kouzmitchev était déjà en France au moment de son ajout sur la liste des sanctions, et qu’il justifie, par ailleurs, d’attaches familiales dans le pays.

Les perquisitions ont mobilisé soixante personnes, dont des policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), chargés de l’enquête, et une quarantaine de policiers d’élite du RAID et de la BRI venus sécuriser l’immense propriété varoise, qui s’étend sur plus de deux hectares. Selon nos informations, des liasses d’argent liquide ont été découvertes sur place.

Trois enquêtes du Parquet national financier

L’enquête porte sur des soupçons de blanchiment de fraude fiscale, ainsi que d’autres infractions, « dont les violations de sanctions », détaille le PNF. C’est la troisième procédure judiciaire ouverte par le PNF contre des oligarques à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. De son côté, le parquet de Paris a lancé une quinzaine de procédures visant des personnalités russes pour des faits de blanchiment autour de l’acquisition de biens immobiliers à Paris, sur la Côte d’Azur et dans les Alpes.

Dans trois de ces enquêtes, le parquet de Paris a déjà saisi près de 100 millions d’euros d’avoirs, principalement des biens immobiliers. Le sort des propriétés parisiennes et varoises d’Alexeï Kouzmitchev à la suite des perquisitions reste pour l’instant inconnu. Dès l’inscription de l’oligarque sur la liste européenne des sanctions, le 15 mars 2022, ses deux yachts, La Petite Ourse et La Petite Ourse II, amarrés à Antibes et à Cannes (Alpes-Maritimes), ont été immobilisés par les douanes.

Il vous reste 30% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like