Attentat de Bruxelles : un homme soupçonné de complicité incarcéré en Belgique

0 Shares
0
0
0
Un homme rend hommage aux victimes des attentats qui ont causé la mort de deux Suédois, à Bruxelles, le 18 octobre 2023.

Un homme âgé de 44 ans soupçonné de complicité avec l’auteur de l’attentat commis le 16 octobre à Bruxelles a été inculpé d’« assassinat dans un contexte terroriste » puis écroué, jeudi 26 octobre, a annoncé le parquet fédéral belge. Il s’agit de l’homme qui avait été arrêté mercredi, soupçonné d’être impliqué dans la fourniture du fusil automatique utilisé par l’assaillant, Abdesalem Lassoued. Ce dernier, un Tunisien radicalisé de 45 ans qui était en séjour irrégulier en Belgique, a été abattu par la police belge au lendemain de l’attaque qui a coûté la vie à deux Suédois.

Son complice présumé, présenté comme « Lamjed K., né le 17 août 1979, de nationalité tunisienne », a été interpellé mercredi à Tervuren, au sud de Bruxelles. Il a ensuite été présenté au juge d’instruction chargé de l’enquête, qui a décidé de l’inculper pour « assassinat et tentative d’assassinat dans un contexte terroriste » ainsi que « participation aux activités d’un groupe terroriste ». Le parquet fédéral explique aussi qu’à ce stade il ne confirme qu’« un lien potentiel avec l’arme utilisée lors de l’attentat terroriste du 16 octobre 2023 ».

L’attentat, perpétré avec « une arme de guerre de type AR-15 », avait dit le parquet dès le lendemain, a tué deux Suédois, un sexagénaire et un septuagénaire, qui étaient venus soutenir leur équipe nationale de football jouant ce soir-là contre la Belgique à Bruxelles. Un troisième supporteur suédois, âgé de 70 ans, a également été sérieusement blessé, et il était toujours hospitalisé mardi.

Outre l’enquête belge, des investigations ont aussi été lancées par la justice antiterroriste en France dès le 17 octobre, à la suite d’informations transmises par les autorités judiciaires belges. Lundi soir, deux Tunisiens domiciliés en région parisienne ont été inculpés à Paris, puis placés en détention provisoire. L’enquête doit encore préciser leurs liens avec l’assaillant.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like