TikTok dévoile ses statistiques de modération dans l’Union européenne

0 Shares
0
0
0

Le réseau social TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance, a dévoilé des chiffres inédits concernant sa politique de modération au sein des vingt-sept pays de l’Union européenne (UE), dans un rapport publié mercredi 25 octobre. La plate-forme assure ainsi avoir supprimé de sa propre initiative quatre millions de vidéos jugées illégales ou nuisibles dans l’UE en septembre. Elle explique, par ailleurs, disposer d’un effectif de 6 125 personnes qui s’occupent de la modération des contenus dans l’Union, sur un total de 40 000 employés chargés de protéger ses utilisateurs dans le monde.

« La vaste majorité des actions prises par TikTok contre des contenus illégaux ou nuisibles le sont de façon proactive » parce que ceux-ci violent les règles du réseau social, déclare le groupe dans son rapport. Ces retraits sont largement plus nombreux que ceux relatifs à des signalements d’utilisateurs, souligne l’entreprise.

Dans un objectif de transparence accrue, la publication d’un tel rapport tous les six mois est une obligation imposée par le Digital Services Act (DSA), la nouvelle législation européenne sur les services numériques entrée en vigueur à la fin du mois d’août pour les dix-neuf plus grandes plates-formes, dont TikTok. La Commission européenne a, par ailleurs, ouvert ces deux dernières semaines des enquêtes visant X (ex-Twitter), Meta (Facebook, Instagram) et TikTok, réclamant des précisions sur les mesures mises en œuvre contre la diffusion de « fausses informations » et de « contenus illégaux », à la suite des attaques du Hamas contre Israël.

Près de 700 modérateurs francophones pour l’UE

Dans son premier rapport de transparence publié après l’entrée en vigueur du DSA, TikTok, qui revendique 134 millions d’utilisateurs actifs chaque mois à travers l’Europe, s’est dit « fier » de ses efforts tout en reconnaissant « avoir encore du travail à fournir ».

Le réseau social explique notamment avoir mis en place un outil permettant à sa communauté d’utilisateurs européens de signaler des contenus illégaux, conformément aux obligations du DSA. TikTok déclare avoir reçu par ce biais 35 000 signalements relatifs à 24 000 vidéos au cours du premier mois. Des actions ont été entreprises contre 16 % d’entre elles, jugées illégales ou contraires aux règles internes, selon l’entreprise. La durée moyenne entre un signalement et une action est de treize heures, explique le groupe, en faisant part de l’analyse juridique difficile qu’il devait mener pour être équitable et cohérent, tout en tenant compte de la liberté d’expression.

Dans son document, le réseau social fournit également des statistiques précises sur le nombre de personnes impliquées dans la modération des contenus en Europe : un tiers (2 137) travaille en anglais, 869 en allemand et 687 en français. L’équipe comprend des locuteurs de la quasi-totalité des vingt-quatre langues officielles de l’UE (à l’exception du maltais et du gaélique), mais aussi des personnes capables de surveiller les publications en turc et en arabe, deux langues fréquemment utilisées. La société avait déjà rendu public la proportion de locuteurs de chaque langue dans ses équipes de modération au niveau mondial.

Le rapport de transparence fait également le point sur les réquisitions judiciaires reçues par la plate-forme au cours du mois de septembre, et notamment le nombre de demandes d’informations formulées par chaque pays. Selon ce document, la France a envoyé cinquante demandes d’informations relatives à des comptes TikTok le mois dernier, dont huit pour des faits de harcèlement, et huit dans la catégorie « sécurité intérieure et terrorisme ».

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like