Etats-Unis : Mike Johnson, l’inconnu trumpiste devenu speaker de la Chambre des représentants

0 Shares
0
0
0
Le représentant américain Mike Johnson (R-LA) lève le pouce après avoir été élu nouveau président de la Chambre des représentants au Capitole des États-Unis le 25 octobre 2023 à Washington, DC

Le scénario improbable s’est réalisé : un inconnu du grand public américain est devenu le speaker de la Chambre des représentants. Mercredi 25 octobre, au terme de trois semaines de crise ahurissante au sein du Parti républicain, Mike Johnson, 51 ans, élu de Louisiane, est parvenu à réunir toutes les voix de son camp. Une gageure dans une atmosphère hautement toxique, et un témoignage de l’évolution chaotique du Grand Old Party.

Chrétien évangélique, avocat de formation, conservateur endurci : Mike Johnson a démontré une habileté politique certaine pour surmonter les divisions internes et ne pas faire de ses engagements radicaux un obstacle fatal. Mais il a surtout profité de l’immense lassitude qui avait gagné ses collègues. Voilà donc une victoire à l’usure, forcément par défaut, qui n’enraie nullement la crise identitaire et éthique du Parti républicain.

Lors de son premier discours au perchoir, Mike Johnson est apparu très à l’aise, parvenant à donner des gages à tout le monde, sans aucun passage confrontationnel. Il a promis de chercher des convergences bipartisanes, mais aussi d’exercer une présidence « décentralisée » de la Chambre. Il s’est surtout présenté aux Américains.

L’élu de Louisiane a salué sa femme, Kelly, qui n’avait pas eu le temps d’acheter un billet d’avion pour ce grand jour – « tout cela est arrivé un peu soudainement » – et a évoqué son père, pompier décédé juste avant son entrée au Congrès, en 2017. Le nouveau speaker a beaucoup parlé de Dieu, de la Bible, de confiance et de transparence, de valeurs conservatrices, sans jamais entrer dans le détail de ses intentions. Il s’est contenté d’annoncer une commission bipartisane sur la dette et un premier texte de soutien à Israël, frappé par le Hamas.

Opposé à l’avortement, au mariage gay, climatosceptique…

Derrière ses sourires aimables et son allure sage, Mike Johnson représente l’aile la plus religieuse du parti. Farouchement opposé à l’avortement et au mariage gay, il anime avec son épouse un podcast sur la foi en politique. Climatosceptique, soutenu par l’industrie pétrolière, partisan d’une révision drastique de l’assurance-maladie, Mike Johnson a des convictions très conservatrices.

Mais l’aspect le plus problématique de son engagement est son appartenance au clan des deniers, ceux qui ont refusé de reconnaître le résultat de l’élection présidentielle en 2020. Une scène en témoignait mardi soir, après la désignation de Mike Johnson par le groupe républicain. Face à la presse, entouré de nombreux élus, il a répondu « question suivante » lorsqu’une journaliste l’a interrogé sur son rôle dans la contestation du scrutin. A ses côtés, certains républicains huaient la journaliste. « La ferme ! », lançait même Virginia Foxx, présidente de la commission pour l’éducation.

Il vous reste 65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like