Aux Pays-Bas, des familles de victimes demandent réparation après un bombardement contre l’organisation Etat islamique qui a touché des civils

0 Shares
0
0
0

Des familles de victimes d’un bombardement néerlandais en Irak en 2015, qui a tué des dizaines de civils lors de l’offensive internationale contre l’organisation Etat islamique (EI), ont demandé réparation aux Pays-Bas, mardi 24 octobre.

Dans un premier temps, les Pays-Bas avaient qualifié le bombardement de « coup parfait ». Mais l’attaque d’une usine de munitions de l’EI, dans la nuit du 2 au 3 juin 2015, dans la ville de Hawija, a causé la mort de 70 personnes, dont des civils, avait reconnu le gouvernement néerlandais en 2019. L’exécutif avait expliqué que l’usine visée, qui se trouvait dans une zone industrielle, contenait plus d’explosifs qu’attendu, causant de nombreux dégâts collatéraux.

Un risque « inacceptable »

Selon Liesbeth Zegveld, avocate des parties civiles, qui accuse l’État néerlandais d’avoir pris un risque « inacceptable » en procédant à ce bombardement, il s’agit de la première action en justice au monde intentée pour obtenir réparation après les frappes aériennes internationales contre l’EI, a-t-elle assuré lors de l’audience au tribunal de La Haye. Pour l’avocate, les Pays-Bas auraient « pu et dû savoir » que des civils pourraient être touchés.

Si Amsterdam a reconnu 70 morts en 2019, au moins 85 civils ont été tués dans ce bombardement, selon une étude publiée en avril 2022 par des chercheurs de l’ONG irakienne Al-Ghad, de l’organisation pacifiste PAX et de l’université d’Utrecht. Pour le maire de Hawija, Sabhan Khalaf Ali al-Jubouri, ce sont 100 personnes qui ont été tuées par la frappe aérienne.

Quelque 34 000 frappes aériennes ont été menées contre l’EI en Irak et en Syrie par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, selon l’étude. Ses auteurs avaient enjoint le gouvernement néerlandais à présenter ses excuses, soulignant que ne pas le faire pourrait favoriser l’émergence de futurs groupes terroristes.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like