Au Venezuela, la libérale Maria Corina Machado remporte les primaires de l’opposition

0 Shares
0
0
0
Maria Corina Machado, le 22 octobre 2023, à Caracas, lors des résultats des primaires organisées par l’opposition en vue de l’élection présidentielle au Venezuela en 2024.

A la primaire organisée dimanche 22 octobre par l’opposition vénézuélienne en vue de l’élection présidentielle de 2024, la victoire annoncée de Maria Corina Machado a tourné au raz de marée. Vers minuit, la première estimation de la Commission nationale des primaires (CNP), chargée de l’organisation du scrutin, a donné gagnante la candidate libérale de 56 ans avec 93,13 % des voix, alors que 26,06 % des bulletins de vote étaient dépouillés. Mme Machado, 56 ans devrait donc théoriquement affronter dans les urnes le président, Nicolas Maduro, qui, au pouvoir depuis dix ans, briguera un troisième mandat. Cependant, pour le moment, Mme Machado est frappée d’inéligibilité. Un obstacle qu’elle espère voir levé d’ici le scrutin.

« Ce que nous avons vu aujourd’hui est une vague citoyenne à l’intérieur et à l’extérieur du Venezuela », a déclaré la candidate peu avant cette annonce. Le président de la CNP, Jesus Maria Casal, a expliqué que la publication des résultats avait pris du retard en raison d’un blocage du serveur Internet de l’organisation. Le scrutin a été organisé par l’opposition, après des mois de débats et de disputes internes, sans l’aide des autorités électorales.

« La vraie victoire aujourd’hui, c’est de voir autant de gens devant les bureaux de vote ! », se réjouissait Ana Contreras, une électrice de Caracas. Au Venezuela et dans 28 pays du monde ou des bureaux de vote ont été installés, l’affluence a dépassé tous les espoirs de l’opposition. Selon la CNP, plus de 2 millions d’électeurs (sur un total de 20) se sont déplacés pour voter. « Il y avait des queues immenses devant les bureaux de vote. C’est bien la preuve que les gens veulent un changement et qu’ils veulent un changement démocratique », poursuit Ana Contreras. Elle confie : « Je n’ai jamais aimé Maria Corina Machado, que je trouve très radicale, mais j’ai voté pour elle. C’est notre dernier espoir. »

Une opposante de la première heure

« Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais j’ai l’impression que c’est un miracle », commentait Mme Machado avant de voter à Caracas. Ingénieure de formation, Maria Corina Machado est une opposante de la première heure. Elue députée en 2012, elle n’a jamais ménagé ses critiques contre l’équipe chaviste et, à l’occasion, contre les dirigeants de l’opposition, jugés trop complaisants avec le pouvoir. A la tête du parti Vente Venezuela qu’elle a fondé, Mme Machado a longtemps fait cavalier seul. Et souvent appelé les électeurs à boycotter les élections.

Elle se définit comme « centriste », mais son programme économique ultralibéral et son projet de privatiser la compagnie pétrolière PDVSA la situe très à droite au sein de l’opposition. « Ce n’est pas la fin mais c’est le début de la fin », a déclaré, radieuse, la candidate, après l’annonce des premiers résultats, en appelant de ses vœux une « grande alliance nationale pour vaincre la tyrannie ». Depuis plus de vingt ans, Mme Machado veut en découdre avec le socialisme bolivarien.

Il vous reste 35.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like