Au Mexique, deux attaques armées font au moins vingt-quatre morts, dont treize policiers

0 Shares
0
0
0
La scène de crime où plusieurs policiers locaux ont été abattus par des hommes armés, à Coyuca de Benitez (Mexique), le 23 octobre 2023.

La guerre autour du trafic de drogue a probablement engendré une nouvelle journée sanglante au Mexique, lundi 23 octobre. Au moins vingt-quatre personnes sont mortes, dont treize policiers, dans deux attaques armées distinctes dans deux Etats du sud-ouest du pays.

Dans la ville de Coyuca de Benitez, dans l’Etat du Guerrero, l’attaque d’une patrouille de police, qui escortait le déplacement du secrétaire local à la sécurité, a fait vingt-quatre morts, dont douze policiers et le responsable escorté, selon le bureau du procureur local. Et à Tacambaro, dans l’Etat voisin du Michoacan, quatre civils et un policier ont été tués lors d’une autre attaque armée, qui a également fait deux blessés.

Ces deux régions, couloirs stratégiques pour le trafic de drogue le long de la côte pacifique, sont le théâtre fréquent d’actions criminelles attribuées aux puissants cartels mexicains.

Le Guerrero, qui abrite la célèbre station balnéaire d’Acapulco, est l’un des Etats les plus pauvres du Mexique. Le procureur adjoint n’a pas fourni de détails sur les circonstances de l’attaque dans cet Etat, mais la presse locale a expliqué qu’il s’agissait d’une embuscade. Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent plusieurs personnes en uniforme, allongées face contre terre, les mains liées, et apparemment sans vie.

341 policiers tués dans l’année

Dans l’Etat du Michoacan, des hommes armés ont attaqué le frère du maire de la ville de Tacambaro, selon le bureau du procureur local. Un employé de restaurant et un policier municipal figurent parmi les victimes, tandis que le frère du maire a été blessé. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on voit des hommes armés ouvrir le feu avant de s’enfuir à bord de plusieurs véhicules.

Depuis le lancement, en 2006, d’une offensive militaire antidrogue controversée, le taux de meurtres du pays a triplé pour atteindre 25 pour 100 000 habitants. Selon les chiffres de Common Cause, 341 policiers ont été tués au Mexique cette année. Plus de 110 000 disparitions ont été enregistrées depuis 1962, la plupart attribuées à des organisations criminelles.

La violence contre les fonctionnaires locaux s’intensifie souvent à l’approche des élections. Or, en 2024 se tiendront les scrutins présidentiel et législatif. « Le Guerrero connaît depuis longtemps l’un des conflits armés les plus compliqués du Mexique, mais les niveaux actuels de violence préélectorale sont extraordinaires », a dit sur le réseau X (ex-Twitter) Falko Ernst, analyste à l’International Crisis Group.

Le Monde avec AP et AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like