L’Azerbaïdjan annonce mener des exercices militaires avec la Turquie près de l’Arménie

0 Shares
0
0
0

Dans un contexte de tensions accrues entre Bakou et Erevan, après la reprise par la force de la région du Haut-Karabakh par l’Azerbaïdjan à la fin de septembre, le ministère de la défense azerbaïdjanais a annoncé le début d’exercices militaires avec la Turquie près de l’Arménie, lundi 23 octobre.

Selon le ministère, ces manœuvres sont organisées à Bakou, ainsi que dans l’enclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan, frontalière de l’Arménie, de l’Iran et de la Turquie, et dans des « territoires libérés », dont la localisation n’a pas été précisée, mais qui pourraient désigner le Karabakh ou des districts azerbaïdjanais mitoyens. Leur but est d’« assurer la cohérence en combat », d’« améliorer le commandement » ainsi que le « professionnalisme des troupes », d’après l’Azerbaïdjan.

Ils mobiliseront jusqu’à 3 000 soldats des deux pays, des dizaines de véhicules blindés, de l’artillerie et une vingtaine d’aéronefs, a précisé le ministère. Les soldats s’exerceront à l’usage de l’artillerie et de l’aviation, à la construction de pontons et à des parachutages en territoire ennemi, a encore ajouté le ministère.

Écouter aussi Haut-Karabakh : comment les Arméniens ont perdu l’enclave après des décennies de guerre

Crainte d’une nouvelle offensive de Bakou dans le Sud arménien

Les tensions entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie ont connu un nouveau regain avec la reconquête militaire éclair du Haut-Karabakh par l’Azerbaïdjan à la fin du mois de septembre, alors que la région était depuis une trentaine d’années sous le contrôle de séparatistes arméniens. En une semaine, la quasi-totalité de la population de la région, plus de 100 000 personnes sur les 120 000 officiellement recensées, a fui en Arménie.

Erevan craint désormais que son voisin, plus riche, mieux armé et soutenu par la Turquie, cherche à pousser son avantage. L’Arménie a notamment peur que l’Azerbaïdjan soit tenté de relier par la force l’enclave du Nakhitchevan à son territoire, en attaquant le Sud arménien.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’Azerbaïdjan reprend la main sur l’exclave du Nakhitchevan

Peu avant de vider le Haut-Karabakh de ses Arméniens, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, a restauré sa souveraineté sur le Nakhitchevan, peuplé exclusivement d’Azerbaïdjanais et qui partage, à son extrémité nord-ouest, une petite frontière avec la Turquie, sur à peine 10 kilomètres.

Divers formats de pourparlers existent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, mais jusqu’ici aucun accord n’a été trouvé entre les deux pays. Les chefs des diplomaties arménienne, azerbaïdjanaise, russe, turque et iranienne se réunissent d’ailleurs lundi à Téhéran. Ils ont prévu d’évoquer les « pourparlers de paix » entre Erevan et Bakou, selon l’agence iranienne IRNA.

La France « extrêmement vigilante »

En ouvrant la rencontre, le ministre des affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian, a affirmé que « les problèmes de la région, y compris dans le Caucase du Sud », pouvaient être réglés « sans l’intervention des étrangers ». « La présence d’étrangers dans la région non seulement ne résout pas les problèmes mais complique la situation », a-t-il ajouté. Plus tôt, il avait estimé que cette réunion pouvait constituer « la pierre angulaire de la voie de l’établissement de la paix et de la fin des défis dans le Caucase du Sud ».

La Turquie, soutien de l’Azerbaïdjan, et la Russie, considérée comme l’alliée de l’Arménie, jouent un rôle majeur dans la région. Mais la récente offensive au Haut-Karabakh a rebattu les cartes. Erevan a accusé Moscou de l’avoir abandonné en n’arrêtant pas les forces de Bakou, des critiques rejetées par la Russie. A la recherche de protection, l’Arménie semble donc prête à davantage se tourner vers les pays occidentaux.

Face à l’annonce de ces exercices militaires, la France est « extrêmement vigilante », a souligné lundi à l’Agence France-Presse le ministère des affaires étrangères. « Comme Mme Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, l’a indiqué à plusieurs reprises, la France sera extrêmement vigilante face à toute tentative de menacer la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Arménie », a fait savoir le Quai d’Orsay.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like