Enquêtes contre les oligarques russes : la justice saisit près de 60 millions d’euros

0 Shares
0
0
0
Le chalet Apopka, à Courchevel (Savoie), ici en septembre 2019, a été saisi dans le cadre d’une enquête visant Nikolaï Sarkisov.

La stratégie judiciaire française à l’égard des oligarques russes franchit une nouvelle étape. Selon les informations du Monde, confirmées par le parquet de Paris, la justice a procédé, ces dernières semaines, à des saisies pénales dans le cadre de deux enquêtes ouvertes, l’une contre Alexander Pumpyansky, l’autre contre Nikolaï Sarkisov, pour des faits de blanchiment. Ces opérations portent principalement sur des biens immobiliers composés de vignobles dans le Jura et dans l’Hérault, de chalets et terrains en Savoie et en Haute-Savoie et de parts sociales de sociétés pour une valeur totale estimée à 59 millions d’euros. En octobre 2022, la justice avait déjà saisi une villa à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), estimée à 23 millions d’euros, et 17 millions d’euros sur le compte d’un notaire.

La recherche des « infractions pouvant être imputées à des détenteurs d’avoirs russes illicites » est l’une des priorités du ministère de la justice depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. En février 2023, un an après le déclenchement de la guerre, la juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) au sein du parquet de Paris comptait quinze enquêtes pour blanchiment ouvertes contre des oligarques russes, en lien avec leur patrimoine français. Les magistrats sont incités à recourir à la « présomption de blanchiment » pour dénouer ces dossiers complexes où l’utilisation d’hommes de paille et de sociétés offshore permet de dissimuler l’identité des bénéficiaires et l’origine de l’argent.

« Stratagème » des Pumpyansky pour protéger leurs vignobles ?

Dans le cas de la famille Pumpyansky, les investigations ont mené les gendarmes de la section de recherches de Paris, chargés de l’enquête, sur les traces de sociétés à Chypre et d’étonnantes opérations financières. Dmitry, le père, réputé proche de Vladimir Poutine, était le propriétaire et président du conseil d’administration de Pipe Metallurgical Company, un fabricant russe de tuyaux en acier pour l’industrie pétrolière et gazière. Son fils, âgé de 36 ans, était membre du conseil d’administration de l’entreprise. Les deux hommes d’affaires ont démissionné de leur poste le 9 mars 2022, lorsqu’ils ont été inscrits sur la liste des sanctions européennes, qui prévoient le gel de leurs biens et de leurs avoirs financiers. En France, Alexander Pumpyansky est connu comme un grand amateur de vin. Une passion qui l’a poussé à racheter le vignoble Prieuré de Saint Jean de Bébian, à Pézenas (Hérault), en 2008, et le domaine Ganevat, à Rotalier (Jura), à l’automne 2021.

Il vous reste 75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like