Guerre Israël-Hamas : « L’influence d’Israël reste extrêmement faible en Afrique »

0 Shares
0
0
0
Pancartes lors d’une manifestation propalestinienne à Johannesburg, capitale économique d’Afrique du Sud,  le 15 octobre 2023.

La guerre entre le Hamas et Israël a suscité des réactions contrastées en Afrique. Alors que le gouvernement israélien s’efforce depuis plusieurs années de raffermir ses liens avec le continent, une poignée de pays seulement lui a ouvertement manifesté son soutien.

Selon Benjamin Augé, chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri) et auteur d’un rapport paru en 2020 sur les relations Israël-Afrique, la neutralité affichée par de nombreux Etats africains fait écho au refus d’une partie du continent de se positionner sur la guerre en Ukraine.

L’Afrique réagit en ordre dispersé face à la guerre entre le Hamas et Israël. Pourquoi ce conflit divise-t-il autant le continent ?

Benjamin Augé Les clivages que l’on observe sont pour la plupart assez anciens. Il y a d’abord un certain nombre de pays qui ne reconnaissent pas Israël : Algérie, Tunisie, Mali, Niger, Mauritanie, Djibouti. De façon classique, ceux-ci ont exprimé leur soutien aux Palestiniens. D’autres pays reconnaissent Israël mais ont une vision double de leur relation. Ils entretiennent des liens diplomatiques et commerciaux avec les Israéliens tout en considérant que leur traitement de la question palestinienne est immoral. C’est par exemple le cas du Nigeria et plus encore de l’Afrique du Sud : malgré des relations économiques assez fortes avec Israël, le Congrès national africain (ANC, au pouvoir) demeure inflexible vis-à-vis du conflit israélo-palestinien. Et cette fois encore, l’Afrique du Sud s’est rangée du côté des Palestiniens.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Israël face au vertige de la vengeance

Enfin, le Cameroun, le Kenya, le Ghana, le Togo, la République démocratique du Congo (RDC) et la Zambie, qui ont clairement pris position pour Israël, sont ses alliés traditionnels. Ils ont avec ce pays des liens étroits et anciens et la plupart d’entre eux avaient d’ailleurs continué à cultiver des relations, même après les deux grands moments de rupture qu’ont été la guerre des Six-Jours en 1967 et la guerre de Kippour en 1973. Mais, à l’échelle du continent, ce ne sont pas des pays qui ont un rôle géopolitique de premier ordre, comme on peut le constater avec les prises de position au sein de l’Union africaine (UA).

L’UA a en effet refusé de condamner formellement l’agression du Hamas et lui a trouvé des circonstances atténuantes en insistant sur la « dénégation des droits fondamentaux du peuple palestinien »

Oui car lorsque des poids lourds continentaux s’expriment d’une certaine façon, il est difficile d’aller dans l’autre sens. Rappelons qu’Israël s’est vu accorder en 2021 le statut de membre observateur à l’UA. Mais cela reste jusqu’à présent purement théorique car l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Nigeria ne veulent pas en entendre parler. A contrario, l’autorité palestinienne qui est également membre observateur, s’exprime régulièrement à la tribune de l’organisation.

Il vous reste 60.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like