Près de 2 000 manchots retrouvés morts sur des plages en Uruguay

0 Shares
0
0
0
Des manchots morts sur une plage de la région de la Rocha, en Uruguay, le 20 juillet.

Près de deux mille manchots morts ont été retrouvés sur les côtes orientales d’Uruguay en dix jours, la cause de cette hécatombe reste inexpliquée. Ces manchots de Magellan, la plupart jeunes, sont morts dans l’océan Atlantique avant d’être ramenés par les courants sur les côtes des départements de Canelones, Maldonado et Rocha (Sud et Sud-Est), a expliqué Carmen Leizagoyen, chargée des questions liées à la faune au ministère de l’environnement uruguayen.

Selon elle, « 90 % sont des jeunes spécimens qui arrivent sans réserves de graisse et avec l’estomac vide ». Les tests réalisés pour déterminer la présence de la grippe aviaire sont négatifs, a-t-elle ajouté. Cette espèce de manchots, qui fait son nid dans le sud de l’Argentine, migre vers le nord à la recherche d’eaux plus chaudes durant l’hiver austral, et peut remonter jusqu’aux côtes de l’Etat brésilien d’Espirito Santo (Sud-Est).

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le projet de stratégie pour la biodiversité en France enfin dévoilé
Des manchots morts sur une plage de la région de la Rocha, en Uruguay, le 20 juillet.

« Il est normal qu’un certain pourcentage meure, mais pas autant », a affirmé Mme Leizagoyen, rappelant qu’une hécatombe similaire avait eu lieu l’an passé au Brésil, là encore pour une cause inconnue.

Hector Caymaris, le directeur de la lagune protégée de Rocha, a assuré à l’AFP qu’il avait compté plus de 500 manchots morts sur 10 kilomètres de plage. Les défenseurs de l’environnement attribuent la mortalité du manchot de Magellan à la surpêche et à la pêche illégale. « A partir des années 1990 et 2000, nous avons commencé à voir des animaux qui manquaient de nourriture », a déploré Richard Tesore, de l’ONG SOS Sauvetage de la faune marine, soulignant une « surexploitation » des ressources marines.

Selon lui, le cyclone apparu dans l’Atlantique, qui a frappé le sud-est du Brésil mi-juillet, avait probablement entraîné la mort des individus les plus affaiblis, en raison des mauvaises conditions climatiques. En plus des manchots, M. Tesore dit avoir retrouvé des pétrels, des albatros, des mouettes, des tortues de mer et des lions de mer morts sur les plages de Maldonado, à l’est de la capitale uruguayenne Montevideo.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like