Guerre en Ukraine : la Russie met en garde tous les navires céréaliers en mer Noire

0 Shares
0
0
0
Le « MV Brave Commander », un cargo céréalier affrété par l’ONU pour l’Ethiopie, à Yuzhne, à l’est d’Odessa, en mer Noire, le 14 août 2022.

Les autorités russes ont annoncé, mercredi 19 juillet, qu’elles considèreraient comme une cible militaire tout navire se dirigeant vers les ports ukrainiens de la mer Noire, au moment où Kiev, qui accuse Moscou de bombarder ses terminaux céréaliers, réclame des escortes internationales pour ces cargos après l’expiration d’un accord crucial pour l’alimentation mondiale.

L’Ukraine, dont la contre-offensive peine pour l’instant à briser les lignes de défense construites par les Russes, a dans le même temps répété qu’il ne pouvait y avoir aucune négociation avec Moscou, et réclamé à ses alliés occidentaux des centaines de blindés supplémentaires et des avions de combat américains F-16 pour reprendre ses territoires.

« Pour ce qui est du moral, nous tenons bon. Nous voulons simplement que la victoire arrive le plus vite possible », a dit à l’Agence France-Presse (AFP) un jeune militaire ukrainien de 23 ans, sans donner son nom et en un lieu tenu secret sur le front près de Lyman (Est).

« Plus aucun armateur prêt à aller là-bas »

Conséquence du blocage depuis lundi par la Russie du « corridor » sécurisé en mer Noire qui avait été négocié avec Moscou par l’intermédiaire de l’ONU et de la Turquie pour exporter par cargos les millions de tonnes de céréales ukrainiennes, le blé a clôturé à 253,75 euros la tonne sur le marché européen, en hausse de plus de 8 %.

Compte-tenu de la situation, « il n’y a plus aucun armateur prêt à aller là-bas », a relevé Frédéric Denefle, directeur général du groupement Garex, spécialiste de l’assurance des risques liés aux conflits. Le ministère russe de la défense a en effet annoncé, mercredi, que dorénavant « tous les navires naviguant dans les eaux de la mer Noire à destination des ports ukrainiens seront considérés comme des bateaux transportant potentiellement des cargaisons militaires ».

Selon Adam Hodge, porte-parole du Conseil de sécurité national américain, Moscou « pourrait élargir son ciblage (…) pour inclure des attaques sur des bateaux civils » et ensuite « faire porter la responsabilité de ces attaques à l’Ukraine ». Ces accusations se fondent sur des éléments des renseignements qui viennent d’être déclassifiés, a-t-il précisé.

Kiev de son côté demande désormais la mise en place de « patrouilles militaires » navales sous mandat de l’ONU et avec la participation notamment de la Turquie, a déclaré à l’AFP Mykhaïlo Podoliak, conseiller de la présidence ukrainienne. Il a exclu toute négociation avec Moscou, dont l’objectif est selon lui de « détruire » l’Ukraine.

Frappes sur Odessa

Le pays a connu une deuxième nuit consécutive de frappes russes sur Odessa, grand port de la mer Noire. Selon le ministère chargé de la reconstruction de l’Ukraine, « les terminaux céréaliers et les infrastructures portuaires » d’Odessa et de Tchornomorsk ont été attaqués, et « les silos et les quais du port d’Odessa » ont été endommagés. L’attaque, menée avec des missiles de croisière et des drones explosifs de fabrication iranienne, a fait au moins douze blessés, selon le gouverneur de la région d’Odessa, Oleg Kiper.

Le Monde Application

La Matinale du Monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Télécharger l’application

« Tout le monde est concerné par la terreur russe », a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dans son adresse quotidienne, appelant à « traduire en justice la Russie pour cette terreur ». Paris a accusé Moscou de faire peser « un risque irresponsable sur la sécurité alimentaire mondiale » et Berlin a relevé que les bombardements russes indirectement « frappent les plus pauvres du monde ».

L’armée russe a de son côté affirmé n’avoir visé que « des sites industriels militaires, des infrastructures pour le carburant et des dépôts de munitions de l’armée ukrainienne ».

Le Kremlin avait averti mardi de nouveaux « risques » en mer Noire après la fin de l’accord sur les céréales. Moscou a refusé de reconduire cet accord signé en juillet 2022 sous l’égide de l’ONU et de la Turquie, et prolongé depuis à plusieurs reprises, dénonçant des entraves au commerce de ses propres engrais et produits alimentaires.

Vladimir Poutine a assuré, mercredi, que la Russie était prête à revenir à l’accord si ses demandes étaient réalisées « dans leur totalité », et a accusé les Occidentaux de se servir de cette question comme outil de « chantage politique ». En un an, l’accord avait permis de sortir près de 33 millions de tonnes de céréales des ports ukrainiens, contribuant à stabiliser les prix alimentaires mondiaux et à écarter les risques de pénurie.

Le Monde avec AFP

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like