En Albanie, le « dernier delta naturel d’Europe » menacé par les projets du gendre de Donald Trump

0 Shares
0
0
0
Le delta de la rivière Vjosa près du village de Kute dans la région de Mallakaster (Albanie), le 30 juin 2016.

Pélicans frisés, tortues de mer caouannes, eau cristalline : la côte Adriatique en Albanie est l’un des derniers espaces intacts de la mer Méditerranée. Une zone vierge qui intéresse les investisseurs, comme Jared Kushner, époux d’Ivanka Trump et gendre de l’ex-président américain et candidat républicain à la prochaine présidentielle, Donald Trump. Son projet d’investissement a été annoncé par le New York Times, puis confirmé sur le réseau social X par l’intéressé.

Pour un montant de 1 milliard de dollars (924 millions d’euros), Jared Kushner compte créer hôtels de luxe, villas et appartements en Serbie et en Albanie, dans des délais pour le moment inconnus, à travers sa société d’investissement Affinity Partners.

La façade maritime albanaise, parfois surnommée les « Maldives d’Europe » par certains tour-opérateurs, est le théâtre d’un véritable boom touristique. En 2023, l’Albanie a enregistré la quatrième plus forte augmentation des arrivées de touristes internationaux, soit une croissance de 56 % par rapport à 2019, selon l’Organisation mondiale du tourisme.

« Route de migration »

La zone concernée par les projets de l’ancien conseiller à la Maison Blanche est le delta du fleuve Vjosa, dans le sud du pays, à l’entrée de la mer Adriatique. Ce cours d’eau est considéré comme « le grand delta fluvial le plus intact d’Europe, souligne Gilles Pinay, directeur de recherche au CNRS. La Vjosa est l’un des derniers fleuves naturels du continent ». Parmi les projets de Jared Kushner figure la construction, sur l’île de Sazan, nichée dans le parc national de Karaburun-Sazan, reconnu pour son importance écologique et sa biodiversité depuis 2010, d’un complexe hôtelier de luxe de la marque suisse Aman Resorts.

Juste à côté, la péninsule de Zvërnec, théoriquement protégée, est elle aussi convoitée par le gendre de Donald Trump. « Elle est une partie intégrante de l’écosystème de la Vjosa », précise Gabriel Schwaderer, directeur de l’organisation EuroNatur. La lagune de Narta, en plein cœur du delta, est un lieu de reproduction et d’alimentation clé pour les oiseaux d’eau les plus emblématiques du sud-est de l’Europe, notamment le pélican frisé, ainsi que les flamants roses et les spatules. Cette lagune est l’une des aires de repos les plus importantes de la « route de migration Adriatique » que de nombreux oiseaux empruntent pour atteindre l’Afrique du Nord.

Un petit port de l’île de Sazan, en Albanie, en avril 2015.

« En tant qu’Européens, existe-t-il quelque chose que nous ne voulons pas détruire ? », s’inquiète Ulrich Eichelmann, directeur de l’organisation Riverwatch. L’écologiste, qui s’est rendu sur place, décrit les tortues, les dunes et les flamants roses qui peuplent cette zone de la côte méditerranéenne. « Il y a eu très peu d’activités humaines autour de ce fleuve. C’est un cas exceptionnel », explique le chercheur Gilles Pinay.

Il vous reste 61.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like