Pacte vert : « La déréglementation des politiques vertes met en péril la compétitivité de l’Europe »

0 Shares
0
0
0

La relation entre la compétitivité et les ambitions du Pacte vert européen est actuellement au cœur de l’agenda de l’Union européenne (UE). La politique phare de l’UE est actuellement confrontée à un barrage d’attaques, non seulement de la part des agriculteurs, qui sont descendus dans les rues de France, des Pays-Bas, d’Allemagne et d’ailleurs pour protester contre les exigences qui leur sont imposées, mais aussi de la part de personnalités de premier plan au sein de l’UE, dont le premier ministre belge, Alexander De Croo.

M. De Croo, comme d’autres au sein de l’UE-27, a proposé de déréglementer les politiques vertes, dans le cadre d’une campagne destinée au secteur chimique belge en difficulté, qui a joué un rôle essentiel dans la déclaration d’Anvers en faveur d’un pacte industriel européen. Cependant, un tel changement et une telle dilution du Green Deal comportent des risques. La déréglementation des politiques vertes met en péril la compétitivité de l’Europe.

Comme l’a déclaré Ursula von der Leyen, avant son élection à la présidence de la Commission en 2019, « le Green Deal européen est [la] nouvelle stratégie de croissance [de l’UE] », et les politiques vertes ont déjà créé des opportunités commerciales en Europe. Certaines, comme l’éolien en mer, sont bien établies. D’autres innovations commencent déjà à porter leurs fruits, comme les technologies de transmission d’énergie ou la production d’acier à faible teneur en carbone, notamment l’« acier vert » suédois, et diverses solutions d’économie circulaire.

Créer des conditions favorables à l’innovation

Les préoccupations actuelles en matière de compétitivité sont compréhensibles, surtout lorsqu’il s’agit d’industries à forte intensité énergétique. Comme l’a indiqué la Commission européenne dans son rapport annuel sur le marché unique et la compétitivité, publié le 14 février, il reste encore beaucoup à faire : davantage d’investissements dans la recherche et l’innovation, un meilleur fonctionnement du marché de l’énergie et un renforcement des compétences. Mais une politique industrielle moderne ne saurait consister à protéger tous les secteurs existants de l’économie. Elle doit également créer des conditions favorables à l’innovation et aux nouveaux arrivants.

C’est pourquoi une vision simpliste de la réglementation peut nuire à la compétitivité. La Commission européenne a montré qu’une réglementation bien pensée peut jouer un rôle-clé dans le développement de technologies vertes innovantes. Il suffit de regarder comment les normes de consommation de carburant pour les véhicules ont conduit à de nouvelles solutions légères, ou le développement rapide des technologies d’énergie renouvelable. Cette approche est susceptible de créer des marchés pour d’autres technologies innovantes, telles que la sidérurgie à faible teneur en carbone.

Il vous reste 55.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like