Arrêts maladie : « La chasse aux abus pour sanctionner les médecins prescripteurs risque d’être aussi efficace qu’un cautère sur une jambe de bois »

0 Shares
0
0
0

En annonçant vouloir « mettre fin à l’absentéisme maladie », le 19 juin, à l’occasion des Assises des finances publiques, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a oublié que l’augmentation des arrêts de travail était, en réalité, un phénomène inévitable. Elle est d’abord la conséquence de la progression du taux d’emploi et du recul de l’âge de la retraite. Ce constat n’est pas nouveau.

Déjà, en 2019, un rapport de trois experts commandé par le premier ministre, Edouard Philippe, pointait ce phénomène. « Plus le nombre de travailleurs est élevé, plus le nombre de personnes susceptibles d’être en arrêt de travail est élevé. A l’inverse, la hausse du taux de chômage a un effet amplificateur sur la baisse du nombre d’indemnités journalières (IJ) de courte durée », pouvait-on lire dans le document.

De même, « le vieillissement de la population est un facteur-clé puisque la durée des arrêts augmente avec l’âge ». Selon la Caisse nationale d’assurance-maladie, citée dans ce rapport, « les personnes de 50 ans et plus représentent 1,45 million de bénéficiaires, mais 3,1 milliards d’euros des montants indemnisés, en raison d’une durée moyenne d’arrêt maladie qui augmente avec l’âge ».

Explosion des risques psychosociaux (RPS) dans les entreprises

Faire la chasse aux abus en sanctionnant les médecins prescripteurs risque donc d’être aussi efficace qu’un cautère sur une jambe de bois. Ne serait-il pas plus judicieux de prévenir le risque de désinsertion professionnelle par la promotion d’un travail soutenable tout au long de la carrière professionnelle et de faciliter le retour le plus précoce possible dans l’emploi des salariés en arrêt prolongé ?

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Un salarié sur deux a été en arrêt maladie en 2022

Très souvent, l’intensification du travail, le maintien des effectifs au plus juste, les contraintes de temps et de délais conduisent à réintégrer des salariés pas encore complètement guéris. Or, dans de nombreux secteurs professionnels, on est encore loin de pouvoir aménager les situations de travail afin que la maladie et les traitements qui l’accompagnent n’interdisent ni la poursuite du parcours professionnel ni l’épanouissement et l’efficience au travail.

Faciliter la réintégration d’un salarié après une longue absence est un enjeu important aussi bien pour la personne que pour l’entreprise ; cela conduirait nécessairement à une amélioration des conditions de travail et de l’organisation au bénéfice de tout le monde, malades et valides. Une autre cause de l’augmentation des arrêts de travail, qui a visiblement échappé au gouvernement, est l’explosion des risques psychosociaux (RPS) dans les entreprises comme dans les trois fonctions publiques.

Il vous reste 55.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

source

0 Shares
Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like